Placement d'argent : faut-il investir dans l'or ?

C'est la valeur refuge qui fait tourner toutes les têtes : la valeur de l'or a enregistré une spectaculaire augmentation en 2020. Est-ce pour autant un placement interessant pour faire fructifier son épargne ? Décryptage. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© jaanalisette

Certes, depuis janvier 2020, le cours de l’or a grimpé de plus de 20 %. Mais c’est un produit qui ne rapporte rien aussi longtemps que vous le conservez.

Concrètement, tandis qu’une action ou une obligation vous assure le versement d’un dividende ou d’un coupon annuel, l’or physique ne vous procure aucun rendement. Votre seul espoir de gain repose sur l’éventuelle plus-value que vous pouvez réaliser lors de sa revente. Acheter de l’or ne doit donc pas se faire dans un but de rentabilité.

En période de crise comme actuellement, ce rôle joue à plein car il n’est généralement pas corrélé avec les principales classes d’actifs à l’image des actions ou d’autres produits boursiers. En d’autres termes, sa valeur ne dépend pas de l’évolution des places financières et il n’expose à aucun risque émetteur. De plus, contrairement, là encore, aux autres produits d’investissement, il s’agit d’un actif réel et tangible reconnu partout dans le monde et facile, de fait, à revendre.

Pour tous les budgets

Nul besoin de disposer d’une fortune pour acheter de l’or. Lingot, lingotin, pièces... il y en a pour toutes les bourses. Si plus de 52 000 € sont aujourd’hui nécessaires pour s’offrir un lingot, 168 € suffisent, par exemple, pour acquérir un demi-Napoléon et à peine 120 € de plus pour un lingotin de 5 grammes. Plus abordable, l’achat de pièces vous permet de fractionner votre investissement. Autrement dit, en cas de besoin, vous ne pouvez les revendre une à une.

Le plus simple pour devenir propriétaire d’un peu d’or est de vous adresser à votre banque. La majorité d’entre elles peuvent en acheter et en vendre pour leurs clients. Attention, ce service génère des frais d’environ 2 % en moyenne.

La fiscalité à la revente

À condition de justifier du prix et de la date d’achat de votre or, vous avez le choix entre une taxe forfaitaire de 11,5 % sur le montant total de l’opération ou sur une plus-value réelle de 36,2 % avec abattement de 5 % par année de détention à partir de la troisième année.

A lire aussi

DF
Auteur :  Roselyne Poznanski  | Avec François de Lassus, consultant chez CPoR.
Article mis à jour

Partager cet article :