Assurance-vie : dans quels cas les bénéficiaires sont-ils assurés de l'exonération de droits de succession ?

Votre question

J'ai souscrit deux contrats d'assurance-vie souscrits respectivement le 31 décembre 1982 et le 21janvier 1998. Pour les 2 contrats, clauses bénéficiaires démembrées. Usufruit : mon épouse et nus-propriétaires : mes 4 enfants par parts égales. Par la loi fiscale en vigueur, mon épouse puis au décès de cette dernière, mes enfants, seront exonérés de tout droit de succession. Question : les fonds perçus à mon décès par ma femme usufruitière peuvent-ils être domiciliés au sein d'un contrat d'assurance-vie souscrit par elle le 1er avril 2006 ayant désigné directement nos 4 enfants comme bénéficiaires, sans que cela remette en cause l'exonération fiscale des nus-propriétaires ? Le versement des fonds perçus en usufruit dans un autre contrat d'assurance-vie (comme exposé ci-dessus) est-il une contre-indication qui pourrait compromettre dans un 2ème temps l'exonération de droits de succession pour les nus-propriétaires ? ou bien, est-ce possible sans que cela puisse soulever une objection du fisc ?

A lire aussi
Publié