Vous pouvez profiter d'un plan épargne entreprise ? Allez-y !

Depuis un an, les petites et moyennes entreprises supportent moins de charges sociales sur le PEE, voire plus du tout pour certaines. Rappel des règles auxquelles ce placement à long terme est soumis pour mieux savoir en profiter.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
Une réunion de travail pour décrire le plan épargne entreprise
© Drazen / Stock.adobe.com

Le salarié peut demander à son employeur de prélever régulièrement sur son salaire une somme à verser sur son plan d’épargne entreprise (PEE). Ou effectuer lui-même des versements selon la périodicité qu’il souhaite. Ce placement se révèle particulièrement avantageux lorsque l’accord de mise en place du PEE prévoit un abondement de l’employeur. Ce dernier est alors tenu de compléter un versement du salarié de x % de la somme déposée. À noter, ces versements et abondements sont légalement plafonnés. « Pour le salarié, le total des versements volontaires au cours d’une année civile ne doit pas dépasser 25 % de sa rémunération brute annuelle. Quant au total annuel des abondements, il ne peut excéder le triple du versement de l’épargnant ni être supérieur à 8 % du plafond annuel de la Sécurité sociale (41 136 euros), soit 3 290,88 euros en 2020 », précise Hubert Clerbois, dirigeant associé de EPS Partenaires. Cette limite est portée à 5 835,46 euros (chiffre 2019) si le salarié investit dans des actions de son entreprise.

df
Gilles Mandroux
Publié le

Partager cet article :