Épargne : acheter un logement dans cinq ans grâce à un PEL ou un PEE

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© venuestock - iStock

En quête d’une rémunération avantageuse

Devenir propriétaire de sa résidence principale : un beau projet qu’il convient de préparer en se constituant un apport. Ce dernier sert à démontrer sa capacité d’épargne au banquier, à réduire le montant à emprunter et à mettre toutes les chances de son côté pour décrocher un crédit. Vous pouvez bien entendu alimenter régulièrement votre livret a, mais mieux vaut rechercher une rémunération plus avantageuse, quitte à renoncer en partie à la liquidité, puisque votre projet immobilier n’a pas vocation à se concrétiser à très court terme.

Consultez le guide pratique "Je me constitue un patrimoine immobilier"
  • Une check-list pour ne rien oublier
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
  • J'y vais

    Le plan d’épargne logement, pour tous les épargnants

    Les atouts des vieux PEL

    Le plan d’épargne logement (PEL) répond à cette problématique, en particulier si vous avez la chance de l’avoir ouvert il y a quelques années. En effet, le taux du PEL dépend de son année d’ouverture : les PEL ouverts entre février 2015 et janvier 2016 rapportent ainsi 1,66 % net de prélèvements sociaux (voir le tableau page 31). Un taux rarissime pour un placement sans risque dans le contexte actuel des taux d’intérêt sur les marchés financiers. Si vous ouvrez un PEL aujourd’hui, son taux sera de 0,7 % net. « Un rendement moins attractif que celui des générations précédentes, mais qui reste supérieur aux 0,5 % du livret A », conclut Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne.

    Astuces

    Le PEL n’est pas liquide

    Du côté des contraintes, le PEL n’est pas aussi souple que le livret A : il faut l’alimenter au minimum à hauteur de 540 euros par an, dans la limite de 61 200 euros de versements au total. De plus, tout retrait entraîne sa clôture, quels que soient le montant et l’âge du PEL. Ce placement est donc une bonne solution pour se constituer un capital à moyen terme.

    Tenir compte de la fiscalité

    La fiscalité du plan épargne logement a été remaniée à plusieurs reprises.

    • Les intérêts des PEL ouverts depuis le 1 er janvier 2018 sont soumis au prélèvement fiscal unique de 30 % dès la première année, ou, sur option, au barème de l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.
    • Les intérêts des PEL qui ont moins de douze ans, ouverts avant le 31 décembre 2017, sont soumis aux prélèvements sociaux (17,2 %).
    • Les intérêts des PEL qui ont plus de douze ans sont soumis au prélèvement fiscal unique (30 %), ou, sur option, au barème de l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

    Un prêt épargne logement actuellement hors marché

    Le PEL permet d’obtenir un prêt épargne logement de 92 000 euros maximum à rembourser en deux à quinze ans, à un taux qui dépend de sa rémunération durant la phase d’épargne, donc de son année d’ouverture. Pour les plans ouverts depuis août 2016, le taux du prêt s’établit à 2,2 %. Un niveau hors marché, puisque les banques prêtent en moyenne à 1 % sur vingt ans.

    © DF

    Le plan d’épargne entreprise, pour les salariés

    Outre le PEL, pensez au plan d’épargne entreprise (PEE), si vous avez la chance d’en détenir un. En effet, le PEE vous permet d’investir sur une large gamme de supports (monétaire, obligataire, actions) dont le degré de risque varie, dans de bonnes conditions fiscales, tout en bénéficiant éventuellement de versements complémentaires (abondements) de votre employeur. Les sommes investies sur un PEE sont bloquées pendant cinq ans, sauf exceptions dont l’achat de la résidence principale fait partie. La bonne stratégie consiste ainsi à alimenter votre PEE en misant sur un fonds au profil de risque limité. Dans deux, trois, ou cinq ans, les sommes auront fructifié et vous pourrez les récupérer en vue de réaliser votre projet.

    Débloquer son plan d'épargne retraite, c'est permis !

    Une autre façon d’augmenter son apport est de retirer les fonds de son plan d’épargne retraite (PER). Les déblocages anticipés sont autorisés, entre autres, pour l’acquisition de la résidence principale. Profitez-en !

    A lire aussi