Régler ses dettes en trois étapes

Régler ses dettes en trois étapes

Pour endiguer la spirale de l’endettement, il est possible de se faire accompagner par son banquier ou par une association spécialisée. Car le principal ennemi
du débiteur est l’isolement.

  

Êtes-vous endetté ou surendetté ? Des indicateurs peuvent vous aider à voir où vous en êtes.

1• Faire le point sur sa situation financière

Tout d’abord, la « quotité saisissable » : cet outil calcule le montant qui pourrait être prélevé sur votre salaire, suite à une procédure engagée par un créancier, diminuerait d’autant ce qu’il vous resterait pour vivre. 

Autre indicateur, le reste à vivre  qui correspond à vos revenus, déduction faite des charges incompressibles (loyer, assurances, mensualités de crédits…). Pour le connaître, rendez-vous sur le simulateur de l’Institut national de la consommation.

Cette somme ne peut être inférieure au RSA, soit 492,90 €, majorée de 50 % si vous avez une personne à charge (739,35 €). Si tel est le cas, il s’avère urgent de réagir  !

2• Solliciter l'aide de votre banquier ou d'une association

Une fois aspiré dans la spirale de l’endettement, il faut agir, car les frais bancaires (agios, rejets de prélèvement…) risquent d’accroître vos dettes. Votre banquier reste le mieux placé pour vous apporter une aide personnalisée : mise en place ou relèvement temporaire d’un découvert autorisé, rééchelonnement des mensualités de crédit, etc.

Attention aux organismes de crédit peu scrupuleux qui proposent un rachat de vos crédits. La baisse de vos mensualités s’accompagnera d’un allongement de la durée des remboursements, donc d’une hausse de votre endettement. Certains en profiteront même pour augmenter le montant du crédit, via l’octroi d’une réserve d’argent, présentée comme un ballon d’oxygène !

Si vous êtes en grande difficulté, la prise en charge par une association constitue une solution pour faire un bilan et vous soutenir.

C’est en parlant et en reconnaissant la gravité de sa situation qu’on s’en sort ”, explique Fabrice, membre depuis trois ans des Débiteurs anonymes, association d’aide aux personnes en difficulté financière. 

3• Élaborer une stratégie de désendettement

Parallèlement aux associations, la Banque de France est l’interlocuteur incontournable. « Dès que vous êtes dans l’incapacité de faire face à vos dépenses courantes durant deux mois consécutifs, il faut contacter une commission de surendettement », conseille son représentant.

La demande de prise en charge, gratuite et anonyme, débute par le retrait d’un dossier de surendettement (téléchargeable sur banque-france.fr ou disponible dans les antennes locales). Pour le remplir, n’hésitez pas à demander l’aide d’une association (comme Cresus ou la Fondation Abbé Pierre) ou d’une assistante sociale. Attention : toute fausse déclaration risque de compromettre la procédure.

Pour Jean-Louis Kiehl, président le la fédération Cresus : Plus on agit tôt, plus les problèmes se règlent vite. Nous avons noué des partenariats avec des établissements fianciers pour identifier les personnes en train de “plonger”.

Votre dossier sera examiné dans les trois mois environ. En 2012, sur 220 000 dossiers déposés, 195 000 ont été jugés recevables.

L’effet est immédiat puisque les foyers concernés ne peuvent plus être poursuivis par les créanciers. Ils conservent un compte en banque.

L’expression “interdit bancaire” est inexacte, précise la Banque de France. Les personnes n’ont plus le droit de contracter de crédits, mais conservent l’usage de leur compte.”

Après analyse de votre dossier, l’institution met en place un plan d’apurement des dettes. Pour les cas simples, un « plan conventionnel » permet un rééchelonnement des remboursements, une renégociation des taux d’intérêts, voire un effacement de certaines créances.

Conçu pour les situations plus délicates, le « moratoire » entraîne un gel temporaire des dettes, durant un an ou deux, le temps de se refaire une santé financière.

Pour les cas compliqués, une « procédure de rétablissement personnel » entraîne un effacement partiel ou total des dettes.

Enfin, voici dix réflexes pour vous aider à gérer votre budget :

  1. Notez sur un petit carnet toutes vos dépenses, y compris les pourboires !

  2. Interrogez-vous avant tout achat important : est-ce vraiment nécessaire ?

  3. Établissez une liste d’achats et respectez-la.

  4. Faites jouer la concurrence (téléphonie, Internet, voyages…).

  5. Évitez les grands centres commerciaux et les périodes de soldes.

  6. Faites vos comptes tous les mois.

  7. Anticipez vos découverts bancaires et parlez-en avec votre banquier.

  8. N’achetez pas à crédit.

  9. Optez pour une carte bancaire à débit immédiat.

  10. Sachez vous faire plaisir de temps en temps avec de petits extras.