Achat immobilier : le prélèvement à la source va-t-il pénaliser les candidats à un emprunt ?

Achat immobilier : le prélèvement à la source va-t-il pénaliser les candidats à un emprunt ?
Si les banques s’appuient sur le salaire net après prélèvement à la source, les capacités d’emprunt des candidats à un crédit immobilier vont diminuer. - © Stasique

L’entrée en vigueur du dispositif, le 1er janvier 2019, est susceptible de conduire les banques à examiner le salaire net d’impôt sur le revenu.

Les courtiers en crédit immobilier s’interrogent. L’entrée en vigueur du prélèvement à la source, le 1er janvier 2019, va-t-il amener les banques à examiner la rémunération après impôt sur le revenu des candidats à un emprunt, réduisant ainsi les montant prêtés ?

« Le prélèvement à la source présente un effet psychologique d’appauvrissement : les contribuables recevront un salaire net plus faible qu’avant sa mise en œuvre, nous explique Sandrine Allonier, directrice des relations banques du réseau de courtage en crédit Vousfinancer.com, qui consacre sur son site une note au prélèvement à la source. La consommation dans son ensemble et l’immobilier en particulier risquent d’en pâtir. »

« Certes, environ 60 % des contribuables sont déjà mensualisés, mais ce niveau était bien plus important en 2012, ce qui montre que la mensualisation ne satisfait pas toujours », soutient Sandrine Allonier.

« À l’heure actuelle, les banques considèrent les impôts comme des charges prises en compte dans le reste-à-vivre des candidats à un crédit, souligne la cadre de Vousfinancer.com. Si les banques venaient à prendre en compte le salaire net après prélèvement à la source, la capacité d’emprunt baisserait, le taux d’endettement étant maintenu à 33 %. »

Exemple

Sandrine Allonier évoque l’exemple d’un couple percevant des salaires nets avant impôt sur le revenu de 5 000 € au total. La mensualité théorique atteint 1 650 €. La capacité d’emprunt sur 25 ans, à un taux de 1,60 %, s’élève à 408 312 €.

Si les banques s’appuient sur les rémunérations après prélèvement à la source (4 500 €), la capacité d’emprunt diminue de 40 831 €, à 367 481 €.

Mais les prêteurs n’ont pas encore pris leur décision sur le sujet. « Soit les banques ne changent pas leur politique, ce qui peut induire un risque pour elles, soit les banques prennent en compte le salaire net après prélèvement à la source. Nous espérons qu’elles trancheront d’ici au mois de septembre. De toute façon, les établissements financiers ne souhaitent pas pénaliser les emprunteurs. »

Conséquence sur la réduction Pinel

La spécialiste des crédits immobiliers fait état d’un autre effet négatif potentiel du prélèvement à la source. Cette conséquence touche la réduction d’impôt sur le revenu Pinel, une incitation fiscale à l’investissement locatif dans le neuf.

« Cet avantage ne sera pas pris en compte dans le calcul du taux de prélèvement à la source. La réduction sera remboursée par l’Etat au mois de septembre de chaque année », rappelle Sandrine Allonier.

« Nous espérons la publication prochaine d’un décret, prévoyant soit que le taux de prélèvement tienne compte de la réduction, ce qui semble peu probable, soit le versement plus tôt dans l’année d’une avance sur la réduction d’impôt », conclut la cadre de Vousfinancer.com.

sur le dossier Prélèvement à la source : tout sur l’impôt à la source
Retour au sommaire du dossier