Microcrédit personnel : la solution pour les ménages exclus du système bancaire classique

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© fizkes

Vous avez besoin d’argent pour financer la réparation de votre voiture ou des soins médicaux coûteux mais vos ressources sont insuffisantes pour emprunter auprès d’une banque ? Le microcrédit personnel, aussi appelé microcrédit social, peut vous permettre de financer votre projet. Son montant maximum et sa durée maximale de remboursement viennent d’être rehaussés par un décret publié le 6 février 2022 au Journal officiel.

En quoi consiste le microcrédit personnel ?

Apparu en France en 2005, il s’agit d’un crédit à la consommation destiné aux ménages exclus du crédit bancaire « classique » en raison de leurs faibles ressources ou de leur situation professionnelle précaire. C’est donc un prêt avec un taux d’intérêt à rembourser.

Qui peut bénéficier d’un microcrédit personnel ?

Toute personne qui a des difficultés à obtenir un crédit bancaire classique mais qui dispose d’une capacité de remboursement et qui a un projet favorisant son insertion sociale ou professionnelle peut solliciter un microcrédit personnel. Il n’y a pas de conditions de revenus définies.

Sont ainsi concernées les jeunes, les demandeurs d’emploi, les intérimaires, les salariés en contrat à durée déterminée (CDD) ou à temps partiel, les bénéficiaires de minima sociaux ou encore les personnes âgées à faibles ressources.

Que finance le microcrédit personnel ?

Le microcrédit personnel sert à financer l’acquisition de biens ou services permettant l’insertion sociale ou professionnelle de l’emprunteur tels que :

  • l’achat ou la réparation d’un véhicule ;
  • le permis de conduire ;
  • l’achat d’un appareil électroménager de première nécessité (réfrigérateur, etc.) ;
  • l’achat d'un ordinateur ;
  • des soins de santé mal remboursés (lunettes, soins dentaires) ;
  • une formation professionnelle.

En revanche, le microcrédit personnel ne peut pas financer :

  • le remboursement de dettes (retard de loyer, découverts bancaires, etc.) ;
  • les besoins en trésorerie pour le paiement des charges courantes ;
  • ou les projets de création ou de développement d’entreprise. Pour ces derniers, il existe un microcrédit professionnel.

Quelles sont ses caractéristiques (montant, durée, taux) ?

Son montant est compris entre 300 et 8 000 euros et sa durée de remboursement entre 6 mois et 7 ans maximum. Quant à son taux d’intérêt, il est fixe et se situe généralement entre 1,5 et 4 %. Par ailleurs, aucun frais de dossier ou de caution n’est demandé et le remboursement s’effectue par mensualités. Il est possible de le rembourser par anticipation à tout moment.

Comment obtenir un microcrédit personnel ?

Pour obtenir un microcrédit personnel, vous ne devez pas vous adresser directement à un établissement bancaire mais à un réseau d’accompagnement social, qui étudiera votre projet, vérifiera votre capacité de remboursement et vous aidera à monter votre dossier avant de le présenter à une banque agréée par le Fonds de cohésion sociale.

En pratique, différents organismes peuvent servir d’intermédiaire :

  • les régies de quartier ;
  • les Centres communaux d’action sociale (CCAS) ;
  • les maisons pour l’emploi ;
  • les Missions locales (pour les jeunes âgés de 16 à 25 ans) ;
  • les associations de solidarité (Croix Rouge, Emmaüs France, Secours catholique, etc.)
  • les associations familiales (Familles rurales et UDAF) ;
  • les associations spécialisées (Cresus, Adie, etc.).

Pour trouver un interlocuteur près de chez vous, consultez la carte interactive sur le site France-microcredit.org.

Si la banque accepte votre dossier, un microcrédit vous est accordé. Vous devrez le rembourser suivant les termes prévus au contrat. Attention, votre demande peut être refusée, notamment si on estime que vous n’êtes pas en mesure de rembourser le prêt.

A lire aussi