Soldes 2022 : 6 conseils pour éviter les arnaques

4 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© kipgodi - iStock

Ce mercredi 22 juin marque le top départ des soldes d’été dans la plupart des départements de France métropolitaine. 

Cette période de rabais va durer quatre semaines, jusqu'au mardi 19 juillet. Chaque année, les agents de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) relèvent des pratiques commerciales trompeuses.

Gare aux prix de départ gonflés !

Certains commerçants augmentent le prix de référence de l’article, c’est-à-dire le prix de base à partir duquel est calculée la remise, pour faire croire à une réduction qui n’en est pas une.

Pour ne pas se faire avoir, le mieux est de repérer en amont les prix des produits qui vous intéressent en boutique et sur Internet.

Ces réductions qui ne correspondent pas au prix réel...

Parfois, une enseigne peut annoncer une réduction qui ne correspond pas au prix affiché sur l’étiquette de l’article soldé. Par exemple, une doudoune à 130 €, soldée à 30 %, doit revenir à 91 € et non pas à 95 €, 96 € ou 100 € ! Avant de passer à la caisse, prenez le temps de vérifier si le prix est le bon en utilisant la calculette de votre smartphone ou une appli mobile. Si le prix est erroné, n’hésitez pas à le signaler au vendeur.

L’application Calculette à Soldes, disponible gratuitement sur GooglePlay et l’AppleStore, est ainsi très simple à utiliser. Vous saisissez le prix initial, sélectionnez le pourcentage de la réduction et vous obtenez le montant de la démarque et le prix final.

Des remises parfois trop alléchantes

Autre infraction régulièrement constatée : une newsletter d’un site de vente en ligne ou la vitrine d’une boutique annoncent des taux de remise élevés alors qu’en réalité seule une infime partie des articles soldés est vendue avec de telles ristournes. Ce type de pratique s’apparente à de la publicité mensongère.

Attention à la mention « ni repris, ni échangé »

Même si certains commerçants affichent la mention « ni repris, ni échangé » sur leurs articles, ils ont l’obligation d’appliquer les garanties légales de conformité et des vices cachés. Un produit en solde « bénéficie des mêmes garanties en matière de défauts de fabrication non apparents, de défauts de conformité ou de service après-vente », rappelle la Répression des fraudes.

Si le produit acheté comporte un vice caché, c’est-à-dire un défaut qui n’est pas apparent, le vendeur doit vous le remplacer ou vous le rembourser. « En cas de défaut de conformité identifié dans les 2 ans après l’achat, le vendeur est tenu de vous proposer la réparation ou le remplacement du bien non-conforme, ou, en cas d’impossibilité de ces deux options, de vous rembourser le bien », précise l’organisme d’Etat.

Mais en l’absence de défaut caché, le magasin a le droit de refuser tout échange et remboursement des articles soldés, sauf s’il s’y est engagé.

Par ailleurs, pour les achats effectués sur Internet, vous disposez d’un délai de rétractation de 14 jours à partir de la réception de l’article pour le retourner, sans avoir à vous justifier. Le vendeur doit alors vous rembourser dans les quatorze jours suivant la date à laquelle vous l’informez de votre décision de rétractation.

Des produits trop récents pour être en solde

Les réductions ne peuvent porter que sur des produits en rayon et payés depuis au moins un mois au fournisseur à la date de début de la période des soldes (article L.310-3 du Code du commerce). Aussi, méfiez-vous si vous voyez une nouvelle veste dans votre boutique préférée ! Elle pourrait être issue d’une précédente collection ou avoir été spécialement conçue pour les soldes avec des tissus de mauvaise qualité.

Traquez les étiquettes non-conformes !

Une étiquette de produit soldé doit obligatoirement comporter trois informations : le prix non soldé, le prix soldé et le taux de remise. Si ce n’est pas le cas, elle est non conforme. Faites attention aux articles vendus dans les bacs en vrac indiquant « tout à X euros », ils sont souvent sans étiquette. Et dans ce cas, vous n’êtes pas sûr de faire une bonne affaire.

A lire aussi