10 idées pour changer ses habitudes d'achats

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
Achetez votre vaisselle en brocante et dites adieu à la vaisselle jetable !
© Bibica / Istock. Aux gobelets en plastique, préférez de jolis verres achetés pas cher en brocante !

Les capsules de café

En quatre ans, à raison de cinq cafés par jour, une Nespresso Vertuo aura coûté aussi cher qu’une machine robot Delonghi à 1 500 euros. Car le café de qualité en grains est bien meilleur marché qu’en dosettes. Un expresso en machine à grains (café Illy) coûte 0,19 euro, contre de 0,35 à 0,40 euro pour un Nespresso, selon Lesnumeriques.com.

Résultat : avec une machine à grains, 1 825 capsules en moins par an à transporter vers le recyclage, l’incinérateur ou la décharge.

Les collants voile

Après enquête, l’association HOP (Halte à l’obsolescence programmée) n’a trouvé aucun collant voile durable. Les Wolford et Bleuforêt sont les plus résistants, avec une note de 3 sur 5. On préférera les collants opaques en matières naturelles de 30 à 50 deniers d’épaisseur. Car il est plus avantageux d’acheter un collant à 40 euros qui dure toute une saison qu’un collant premier prix porté trois fois maximum.

Résultat : avec le coton ou la soie, fini les microparticules de nylon qui s’échappent dans l’eau de la lessive et dans la nature.

Les Cotons-Tiges en plastique

En 2016, selon Surfrider Foundation Europe, 16 000 Cotons-Tiges ont été retrouvés sur cinq sites, lors des « Initiatives océanes ». Ces bâtons de plastique à usage unique sont interdits à la vente depuis le 1er janvier 2020. On en trouve désormais en papier en grande surface à 0,79 euro les 300 bâtonnets, soit plusieurs euros de gagnés par rapport aux offres en bambou ou en coton bio disponibles dans les magasins bio.

Résultat : les bâtonnets biodégradables préservent la faune aquatique.

Les serviettes hygiéniques jetables

Une femme utilise plus de 10 000 serviettes ou tampons dans sa vie pour un budget de 1 500 à 2 000 euros . Autant de déchets qui comportent des matériaux pétrochimiques et des produits de synthèse. Au contraire des serviettes en bambou ou en coton, saines et réutilisables. Avec dix serviettes lavables et une coupe menstruelle, utilisées cinq ans, ce sont 50 % d’économies à la clé.

Résultat : des serviettes lavables évite le pétrole brut nécessaire à la fabrication de ces produits qu’il faut ensuite détruire avec plus d’énergie encore.

Les SUV

Depuis dix ans, « les SUV sont la deuxième source de croissance des émissions de CO2 » dans le monde, devant l’avion, a fait savoir l’Agence internationale de l’énergie. En cause, le poids et l’aérodynamisme. Leurs versions hybrides, rechargeables sur le réseau ou non, peuvent être une solution. Autre possibilité, une berline hybride. Seules les voitures rechargeables bénéficient de la prime à la conversion en cas de mise au rebut d’un véhicule ancien. Mais toutes permettront de réduire la consommation de carburant, jusqu’à atteindre entre 2 et 4 l/100 km.

Résultat : 33 % d’émission de CO2/km en moins minimum avec des versions hybrides.

La vaisselle jetable

Même si celle en vente depuis cette année est tenue d’être « biosourcée à 50 % » au minimum, elle contient encore 50 % de plastique. Par ailleurs, le plastique à base d’amidon de maïs non bio a de grandes chances de venir de l’autre bout de la terre. En brocante, près de chez vous, vous trouvez des services en faïence et de vrais verres au charme désuet pour quelques euros.

Résultat : un pas de plus vers le zéro déchet en utilisant le verre classique.

Les imprimantes à jet d’encre

L’encre sèche entraîne un changement de cartouches trop fréquent, contrairement aux imprimantes laser dont les toners contiennent de la poudre. Vous ferez entre 50 et 100 % d’économies avec des cartouches toner haute capacité, deux fois plus chères, mais imprimant quatre fois plus de pages. Pour augmenter leur capacité, imprimez en mode brouillon, en noir et blanc et recto-verso.

Résultat : le remplissage des cartouches toner économise l’énergie pour produire de nouvelles cartouches et ne pollue pas les sols avec les métaux lourds.

Les fleurs coupées

80 % des fleurs à bouquet vendues en France arrivent par avion, notamment du Kenya ou de Hollande pour celles cultivées sous serres chauffées, pour une dépense énergétique équivalente. Plutôt que dépenser de 15 à 30 euros pour un bouquet, préférez les fleurs en pot, si possible locales.

Résultat : des fleurs cultivées en plein air consomment dix fois moins d’énergie que celles produites sous serres chauffées.

Les smartphones dernier cri

Un smartphone haut de gamme perd entre 2 et 4 euros de sa valeur par semaine, selon Recommerce.com. Plus futé : s’interroger sur ses besoins réels et acheter un appareil reconditionné, jusqu’à 70 % moins cher sur le site précité ou sur Back Market.

Résultat :  – 84 % de CO2, sans compter la préservation des terres rares et métaux précieux, pour un appareil reconditionné.

Les commandes en ligne

Qu’il est simple de pianoter sur son ordinateur et se faire livrer plutôt que de sortir ! Mais attention au transport depuis l’autre bout de la planète ou du pays, à l’emballage, aux conditions de travail des employés... Regardez sur un site d’occasion ou un groupe de voisinage sur les réseaux sociaux si vous ne trouvez pas votre bonheur près de chez vous. La seconde main, c’est 50 % moins cher au minimum.

Résultat : moins de consommation de matières premières, de transport et de déchets en achetant près de chez soi.

A lire aussi