Achats de Noël sur Internet : attention aux arnaques !

Dégoter les vraies bonnes affaires sur Internet pour faire plaisir à vos proches tout en ménageant votre budget, c'est possible. Mais prenez garde aux offres trop alléchantes, les escrocs ont plus d'un tour dans leur sac. Voici quelques conseils qui vous aideront à ne pas vous laisser abuser.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
5mn de lecture
Protégez vos données, n'enregistrez jamais votre carte bancaire sur un site.
© adobestock

La cybermalveillance en action toute l'année atteint un pic au moment des fêtes de fin d'année. Soyez donc deux fois plus vigilants. Un site a été mis en place par le gouvernement, vous y trouverez un kit de sensibilisation pour lutter contre les escroqueries sur Internet, des conseils et si vous êtes victime, la marche à suivre pour obtenir une assistance.

Faites attention aux prix trop alléchants

À l’approche des fêtes, les prix grimpent. Par exemple, une boîte de Playmobil à 49 euros en moyenne à la mi-novembre monte à 56 euros la semaine de Noël, selon le comparateur Idealo. Un site vous tape dans l’œil pour ses tout petits prix ? Gare aux déconvenues! Au mieux, le produit reçu ne sera qu’une pâle copie, au pire, vous serez débité et jamais livré.

Les bons réflexes : « N’achetez pas sur un site aux prix trop alléchants sans mener l’enquête sur le vendeur. Examinez la présence des informations obligatoires, comme les conditions générales de vente, les mentions légales, ou contactez-le pour vérifier qu’il existe vraiment et dans quel pays il est basé », conseille Ralph Roggenbuck, juriste au Centre européen des consommateurs France. Le site reste dans le flou? C’est qu’il y a un loup…

Ne vous fiez pas à tous les avis

Après la lecture d’un avis positif sur un produit, 41 % des internautes ont réalisé un achat spontané, selon la Répression des fraudes. Problème, les faux avis sont légion. « Ils émanent de profils créés pour dévaloriser un commerçant concurrent ou, à l’inverse, pour le mettre en valeur», note Ralph Roggenbuck. 

Les bons réflexes : croisez les sources en vérifiant sur plusieurs sites ce qui se dit sur le produit ou le commerçant. « Écartez les avis lapidaires pour vous concentrer sur les récits détaillés », explique encore notre expert. Assurez-vous également que le site affiche la norme NF Z74-501 de l’Afnor ou un label certifiant la validité des avis, comme Trusted shop ou Fevad. « Puis vérifiez sur le site du label que le professionnel est bien référencé, car certains l’affichent sans l’avoir obtenu!»

Méfiez-vous des ventes sur les réseaux sociaux

Certains influenceurs y vendent des produits de grande marque (high-tech, cosmétiques, parfums, produits de luxe). En réalité, ils servent juste d’intermédiaires entre grossistes asiatiques et internautes. À l’arrivée, des produits de basse qualité, copiés, voire dangereux car pas aux normes. En outre, vous n’avez quasiment aucun moyen de vous retourner contre le lointain vendeur.

Les bons réflexes : pour débusquer les contrefaçons, « enregistrez l’image du produit sur ordinateur ou smartphone, puis lancez une recherche par image sur Google », conseille Ralph Roggenbuck. Son prix est divisé par trois ou quatre ou il apparaît dans des coloris introuvables sur le site officiel ? Oubliez !

Déjouez les pièges des ventes entre particuliers

Acheter à un particulier se révèle parfois une bonne affaire… ou un véritable cauchemar. Surtout quand la transaction est conclue à distance. Le risque est que le produit ne soit jamais expédié ou s’avère défectueux, copié, voire volé. Par ailleurs, vous ne bénéficiez ni du délai de rétractation de quatorze jours ni de la garantie légale de deux ans en cas de défaut.

Les bons réflexes : préférez une remise en main propre pour vous assurer de l’intégrité de l’article. À distance, interrogez l’acheteur par écrit ou au téléphone pour vous assurer de son honnêteté. Au moment de payer, refusez d’utiliser un virement international, le mandat cash ou un service d’envoi d’argent à l’étranger (Western Union, Ria, etc.) et privilégiez un porte-monnaie virtuel. Choisissez enfin un mode d’expédition sécurisé, comme un recommandé.

Achetez en connaissance de cause

Sur les grands sites, des petits commerçants vendent leurs produits aux côtés de ceux des grandes enseignes. C’est ce qu’on appelle une marketplace. Mais ces vendeurs tiers sont parfois basés à l’étranger. « Si vous avez des problèmes après l’achat, mieux vaut qu’ils se situent dans l’Union européenne (UE) pour bénéficier du droit de rétractation de quatorze jours ou de la garantie légale de conformité de deux ans, prévient Ralph Roggenbuck. Hors UE, les législations ne sont pas les mêmes, et les recours beaucoup plus compliqués. »

Les bons réflexes : sur la fiche produit, cliquez sur le nom du vendeur pour savoir où il est localisé et donc quelles garanties s’appliquent. Vérifiez les délais de livraison. « Refusez tout paiement proposé en dehors de la plate-forme : ce faux compte n’est destiné qu’à vous arnaquer ou à dérober vos données », conclut Ralph Roggenbuck.

DES OUTILS PRATIQUES ET GRATUITS POUR…

Détecter les sites frauduleux. Installez sur ordinateur et smartphone des antivirus, comme Avast, Avira ou Kaspersky. En bloquant l’accès aux faux sites marchands, ils préservent vos données bancaires.

Protéger vos moyens de paiement. Testez les solutions de paiement alternatives, comme les cartes bancaires à usage unique, à code cryptodynamique, ou un porte-monnaie virtuel (Paylib, Paypal).

Faire fructifier vos achats. En plus des promotions directes, recevez une remise en euros en pourcentage de vos achats en vous inscrivant sur les sites de cash-back, comme Capital Koala, iGraal ou Poulpeo.

Réaliser de bonnes affaires. Vérifiez les variations de prix et programmez des alertes sur vos produits préférés sur les sites et applis Ledenicheur, Idealo ou Dealabs.

 

df
Élodie Toustou
Publié le

Partager cet article :