Apprendre une langue étrangère à domicile

Que ce soit à partir d'une plateforme, une application, avec un professeur particulier ou dans un club de conversation, les possibilités d'apprentissage qui s'offrent à vous sont multiples.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
7mn de lecture
Cours à istance, conversation, film en VO, podcast… il y a autant de façons d'apprendre une langue étrangère.
© Oko_Swanomurphy/iStock

Suivre des cours particuliers

> Le cours particulier à domicile, c’est un classique de l’apprentissage des langues étrangères, «la Rolls des cours de langues, d’après Benjamin Levy, cofondateur du site Gymglish. Le professeur peut s’adapter au niveau de son interlocuteur, revenir sur certains points, évaluer les progrès… Une souplesse que ne permettent pas les plateformes». Ce service sur mesure a un prix: de 20 à 50 euros l’heure, voire un peu plus pour un cours spécialisé de type “business english”. Des enseignants à trouver sur ProfesseurParticulier.com, Superprof.fr, Kelprof.com, Speaking-agency.com, etc.

> Plus abordable –à condition d’avoir une bonne connexion internet–, le cours individuel à distance sur Skype, WhatsApp, etc. offre une alternative intéressante, d’autant plus qu’il est possible d’avoir des échanges avec des enseignants natifs, aux accents différents. Certaines
plateformes, comme Adomlingua, EF (Education First), 7Speaking, incluent cette prestation dans leur abonnement.

Attention : pour progresser, il faut être assidu, l’idéal étant de suivre un cours par semaine durant six mois pour une remise à niveau efficace. «Le principal écueil est la baisse de motivation après quelques semaines», prévient Thomas Lowry, managing director chez In Focus Europe, qui conseille de «se fixer un objectif, comme un test de langue, un voyage à l’étranger ou un changement de job».

Se former en ligne

> De plus en plus sophistiquées, les plateformes de formation en ligne offrent un enseignement à distance alternant exercices de grammaire et de vocabulaire, visionnage de vidéos, groupes de discussion, voire cours particuliers à distance… L’anglais, la langue la plus demandée, l’espagnol, l’allemand et l’italien sont proposés par la plupart des prestataires. Les tarifs, sous forme d’abonnements mensuels, oscillent entre 10 et 25 euros par mois selon la formule choisie. La plupart des pionniers de l’enseignement de l’anglais (British Council, Wall Street English, Berlitz, EF…) ont développé ce type d’outil. Des organismes comme Adomlingua, Berlitz ou Lingueo proposent ce type de prestation pour d’autres langues.

> Pour des cours en ligne gratuits (les Mooc), on peut se connecter à ceux du British Council (“Explorer la langue anglaise et sa culture”, “L’anglais du travail”) ou accéder par la plateforme Courseraaux cours proposés par des universités, notamment américaines. Mais ce type de formation à distance n’est efficace que si elle est accompagnée (tutorat, formule combinant cours en salle et cours en ligne, etc.) et si votre personnalité s’y prête, car cela implique une discipline de fer. «Il faut être motivé, assidu, confirme Benjamin Levy. On estime que le taux d’abandon sur les plateformes –sans suivi individuel– dépasse les 80%.»

> Afin d’insuffler un peu d’humain dans les échanges et de pratiquer l’oral, certaines plateformes donnent la possibilité aux apprenants de rejoindre des groupes de discussion. «Cela ne fonctionne bien que si le groupe est réduit et de niveau relativement homogène», constate Thomas Lowry.

S’entraîner grâce aux applications

> De nombreuses applications vous invitent à apprendre une langue avec votre téléphone (avec, pour la plupart, une version pour votre ordinateur si vous n’avez pas de smartphone). Certaines sont gratuites (financées par des publicités), d’autres payantes (abonnement mensuel d’environ 5 à 15 euros). S’il ne faut pas s’attendre à devenir bilingue par ce canal, ce type d’outil est un complément intéressant à un enseignement plus traditionnel car accessible partout, à tout moment, que vous soyez chez vous ou en déplacement.

Quelle application choisir ?

>«Visez celles qui proposent un test gratuit, car toutes les applications, plus ou moins ludiques ou scolaires, ne conviennent pas à tout le monde.Ensuite, de même qu’on distingue l’école (dynamique d’apprentissage) de la bibliothèque (centre de ressources), il faut avoir envie de se connecter. Ce n’est pas parce qu’il y a une bibliothèque en bas de chez vous que vous y allez… L’aspect ludique, l’expérience utilisateur sont très importants», explique Benjamin Levy. À titre d’exemple, l’application du magazine bimensuel Vocable (abonnement de 4,08 euros par mois et environ 10 euros mensuels en plus pour l’application audio) dispose d’une version karaoké : «Le texte lu apparaît en surbrillance et peut être écouté durant la lecture afin de connaître la prononciation du mot, ce qui est particulièrement important en anglais. Parallèlement, l’apprenant peut placer les mots qu’il ne connaît pas dans un dictionnaire personnalisé sur son mobile», explique Christophe Libilbehety, directeur commercial chez Vocable.

 

Six applications d'apprentissage des langues

ApplisLangues proposéesNiveauxTarifs après essai gratuit
Babbel

Anglais, allemand, espagnol, italien, portugais, turc, polonais, indonésien, néerlandais, norvégien, danois, suédois, russe

TousÀ partir de 4,95 €/mois
BusuuAnglais, allemand, espagnol, italien, portugais, arabe, chinois, japonais, turc, russe, polonaisTousGratuit. Option de téléchargement de leçons et accès à une communauté d’apprenants : à partir de 5,50€/mois
DuolingoAnglais, allemand, espagnol, italien, portugaisTousGratuit. Option sans publicité et téléchargement de contenu pédagogique : à partir de 6,75€/mois
GymglishAnglais, allemand, espagnolConfirméÀ partir de 14 €/mois
MemriseAnglais allemand, espagnol, italien, arabe, coréen, chinois, japonais, russe, slovèneTousÀ partir de 4,99 €/mois
MosaLinguaAnglais, allemand, espagnol, italien, portugais, russeTous5,49 €, une seule fois, accès à vie

Participer à un club de conversation

> Présents dans la plupart des villes, les clubs de conversation ont pour objectif de faire se rencontrer des étrangers désireux d’apprendre le français, et des Français souhaitant pratiquer une langue étrangère. Ces moments d’échanges informels et conviviaux permettent de s’entraîner à l’oral, en situation, tout en faisant des rencontres. Pour participer, il suffit de s’inscrire sur l’une des nombreuses plateformes, comme Meetup, Polyglot Club ou English Club Anglais. La formule est recommandée pour ceux qui ont déjà des bases. «Les gens sont souvent pointus dans leur domaine, leur jargon professionnel, mais ont du mal à aborder d’autres thèmes. Pour ceux-là, c’est une option intéressante», constate Christophe Libilbehety. «C’est d’autant plus efficace quand on parle d’un sujet ou d’une activité qui tient à cœur, comme la cuisine, le vin, le bricolage ou le voyage. Une langue s’appréhende aussi sous un angle émotionnel», précise Thomas Lowry. «Comme tout groupe humain, le club de conversation a ses limites car on peut bien tomber, ou pas… Mais si le courant passe avec le groupe, c’est gagné !», ajoute Benjamin Levy.

Regarder des films en version originale

> Même si personne n’est devenu bilingue en deux clics, jamais il n’y a eu à portée d’ordinateur ou de smartphone tant de contenus pédagogiques de qualité et gratuits. Pour l’anglais, citons le British Council, qui met à disposition des ressources pédagogiques sur son site (Britishcouncil.fr/schoolsonline/ressources), le portail consacré à l’apprentissage de l’anglais de la BBC (Bbc.co.uk/learningenglish/english/) ou celui de la région Île-de-France (Qioz.fr/fr), lancé en 2019. L’application du journal britannique The Guardian, gratuite elle aussi, permet de recevoir des infos quotidiennement sur son mobile. «Le moyen le plus simple de progresser chez soi est de regarder films, vidéos, conférences d’experts en version originale et liés à un sujet qui vous passionne. Commencez par regarder le film avec des sous-titres, puis retirez-les la fois suivante», recommande Thomas Lowry.

> Si vous avez une mémoire plutôt visuelle, il peut être utile de lire régulièrement : «Lire l’actualité d’un pays dans la langue d’origine permet d’améliorer son niveau, mais aussi de rester en contact avec la langue telle qu’elle évolue», explique Christophe Libilbehety. Les films, les vidéos, la presse… efficaces pour progresser ? Oui, à condition de se donner du temps. «Être motivé, maintenir ses efforts dans la durée, répéter pour bien assimiler sont les trois piliers indispensables», conclut le spécialiste de Vocable.

L’AVIS D’EXPERT : Odile GOLLIET, orthopédagogue, fondatrice du cabinet de formation Dys-Coaching

“Faire le lien entre l’écrit et l’oral est indispensable”

Apprendre une langue nécessite de faire le lien entre l’écrit et l’oral, tout particulièrement en anglais. Le faible niveau d’anglais des Français, confirmé par de nombreuses études, s’explique par le fait que les dernières générations ne sont plus formées à la phonétique et ne font plus de grammaire en tant que telle. Elles travaillent directement le “discours”. Or, à la différence de l’espagnol, de l’italien ou de l’allemand, l’anglais n’est pas une langue syllabique. De plus, elle ne s’écrit pas comme elle se prononce. C’est une langue “opaque”, dont les 44 sons peuvent s’écrire de 1200 façons différentes ! Résultat, en sortant du secondaire, nombreux sont ceux qui ne savent pas parler anglais, même s’ils le comprennent à l’écrit. La base de l’apprentissage de l’anglais, c’est la maîtrise de la phonétique.

 

df
Marie Zeyer
Publié le

Partager cet article :