Zones blanches mal couvertes par Internet : les maires peuvent saisir France Mobile

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
France Mobile, une solution pour lutter contre les zones mal couvertes par les réseaux mobiles.
France Mobile, une solution pour lutter contre les zones mal couvertes par les réseaux mobiles. France Mobile, une solution pour lutter contre les zones mal couvertes par les réseaux mobiles.

Absence de réseau, couverture partielle, les collectivités ne sont pas toujours bien desservies par les réseaux mobiles. Pour lutter contre la fracture numérique, le gouvernement a annoncé lundi 12 décembre le lancement imminent de la plateforme web France Mobile. Elle permettra aux élus locaux d’indiquer les difficultés rencontrées.

Opérée par l’Agence du numérique, France Mobile est réservée aux élus locaux (présidents de conseils régionaux, conseils départementaux, maires). Ils sont « mieux placés que quiconque pour traduire les besoins de leur population et de leurs entreprises », a souligné Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat chargée du numérique et de l’innovation, en présentant la plateforme. Ils recevront un identifiant et un mot de passe envoyés par la région ou le département. Ils pourront alors remplir un formulaire et expliquer aux opérateurs de téléphonie mobile les difficultés rencontrées par les habitants ou les entreprises.

Les opérateurs mobiles traiteront les cas prioritaires

Tout problème de couverture mobile pourra être signalé : couverture partielle d’une commune, couverture assurée par certains mais pas par l’ensemble des opérateurs (zones grises), incidents techniques récurrents, etc. « Tous les types de zones, sans exclusion a priori, peuvent donc faire l’objet d’une identification par élus : zones d’habitat (y compris hameaux), zones économiques ou touristiques, axes de transport, etc. », précise le siteFrance Très Haut Débit.

Chaque semestre, les opérateurs étudieront les cas jugés prioritaires par les élus et indiqueront s’ils disposent ou non de solutions à court ou moyen terme. Cela peut être la construction d’un nouveau pylône, l’ajustement des réseaux existants ou encore la mobilisation de solutions de couverture ponctuelle pour l’intérieur des bâtiments (maisons, équipements publics, etc.). Si les opérateurs ne sont pas en mesure d’apporter une réponse satisfaisante, les collectivités pourront déposer un dossier de demande de subvention auprès de l’Etat dans le cadre de l’appel à projets « Couverture des sites prioritaires ».

1 300 nouveaux pylônes de téléphonie à disposition

Les collectivités pourront obtenir le financement de 50 % des coûts de construction d’infrastructure dans un plafond de 50 000 euros par site (75 000 euros dans les zones de montagne) ou le financement du raccordement des sites aux réseaux électriques. 1 300 nouveaux pylônes de téléphonie seront disponibles si nécessaire d’ici 2020.

L’initiative vient ainsi s’ajouter au programme de traitement des zones blanches, lancé en 2003 et qui vise à apporter une couverture mobile dans le centre-bourg de près de 3 800 communes. En 2016, 91 % de ceux-ci sont couverts en 2G (appels + SMS). Avec France Mobile, l’Etat souhaite aller au-delà de la couverture des seuls centres-bourgs.

A lire aussi