Vous pouvez témoigner en ligne de vos expériences du sexisme

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

La ministre des Familles, Laurence Rossignol, a lancé, jeudi 8 septembre, un plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme, une campagne qui doit durer jusqu’à la prochaine Journée de la femme, le 8 mars 2017.

« Le sexisme regroupe à la fois des croyances et des comportements. Il repose sur l’idée que les femmes sont inférieures aux hommes », rappelle le ministère sur son site Internet. Ses symptômes vont des « stéréotypes, ‘‘blagues’’, remarques », aux « discriminations, violences [et] meurtres ».

Des exemples d’inégalités

La plateforme donne des exemples d’inégalités, notamment :

  • les hommes ont un salaire 19,2 % supérieur à celui des femmes ;
  • la pension de retraite des hommes atteint en moyenne 1 660 € brut, contre 1 007 € pour les femmes ;
  • les femmes représentent seulement 20 % des expert.e.s commentant l’actualité dans les médias.

Vous pouvez témoigner de vos expériences du sexisme et faire des propositions pour le combattre sur les réseaux sociaux Twitter, Vine, Instagram et Facebook, en utilisant le mot-dièse #SexismePasNotreGenre.

Sur le site du ministère, vous pouvez aussi déposer des initiatives contre le sexisme et vous informer sur les recours possibles face aux infractions qui en relèvent, telles que les injures ou les diffamations à raison du sexe ou encore les agressions sexuelles.

POUR ALLER PLUS LOIN