Votre consultation chez le généraliste coûtera bien 25 € à partir du 1er mai 2017

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

Le tarif de la consultation chez le médecin généraliste passera bien de 23 à 25 € à partir du 1er mai 2017. Trois syndicats représentatifs de médecins libéraux ont conclu, jeudi 25 août avec l’Assurance-maladie, la nouvelle convention médicale qui prévoit cette mesure, ardemment souhaitée par ces professionnels.

Le montant de la consultation n’avait pas augmenté depuis 2011. La Sécurité sociale en remboursera toujours 70 %, après déduction du forfait de 1 €, soit 16,50 €. Si vous disposez d’une complémentaire, celle-ci prendra le reste à sa charge.

Les autres montants fixés

La convention fixe d’autres montants, notamment :

  • 30 € pour les consultations des enfants de moins de 6 ans auprès d’un généraliste (au 1er mai 2017) ;
  • 39 € pour les consultations des psychiatres, neuropsychiatres et neurologues au (à partir du 1er juillet 2017) ;
  • 46 € pour les premières consultations de contraception et de prévention des maladies sexuellement transmissibles dont bénéficient les jeunes filles de 15 à 18 ans et menées par les généralistes, les gynécologues ou les pédiatres (au 1er novembre 2017, remboursée à 100 % par la Sécurité sociale ) ;
  • 46 € pour les actes complexes concernant des patients atteints de maladies chroniques et instables (à partir du 1er novembre 2017) ;
  • 48 € pour l’avis ponctuel de consultant effectué par le spécialiste à la demande du généraliste (au 1er octobre 2017, 50 € au 1er juin 2018) ;
  • 60 € pour les actes médicaux très complexes, comme l’annonce d’un cancer ou d’un VIH (à partir du 1er novembre 2017).

« Cette nouvelle convention marque la reconnaissance de la médecine libérale et en particulier des médecins généralistes dans notre système de soins. […] Il s’agit là d’une grande avancée pour les médecins et pour les patients », écrit dans un communiqué la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

POUR ALLER PLUS LOIN