Voitures neuves : les Français se détournent du diesel

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les ventes de voitures neuves roulant au gazole sont tombées à 47,9 % pour le mois de janvier.
Les ventes de voitures neuves roulant au gazole sont tombées à 47,9 % pour le mois de janvier. Les ventes de voitures neuves roulant au gazole sont tombées à 47,9 % pour le mois de janvier.

C’est une première ! En janvier, les ventes de voitures neuves roulant au gazole sont tombées à 47,9 %, retrouvant leur niveau de l’an 2000, a annoncé mercredi 1er février le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Sur l’ensemble de l’année 2016, 52,1 % des acheteurs avaient choisi une voiture particulière diesel. L’érosion est continue depuis 2012, année où la part du diesel atteignait encore 73 % en France.

Ces chiffres comprennent les ventes aux flottes d’entreprises, qui roulent à plus de 95 % au gazole, du fait des avantages fiscaux (récupération de la TVA). En ne s’intéressant qu’aux particuliers, le gazole ne pèse plus que 38 % des immatriculations en 2016.

Un carburant de plus en plus contesté

Ce constat intervient dans un contexte de dépréciation de ce carburant. Depuis plusieurs années, les études sur la nocivité du diesel d’un point de vue sanitaire s’accumulent. En cause, les particules fines, responsables entre autres de maladies cardiovasculaires et d’embolies pulmonaires.

Face à ce danger pour la santé, des mesures ont été prises pour réduire la part du gazole dans le parc automobile français comme le renforcement des normes et l’alourdissement des taxes après des années de favoritisme fiscal. Depuis le 1er janvier, son prix au litre a ainsi augmenté de près de 4 centimes, sous l’effet d’une hausse de la taxe sur les carburants (TICPE), de la contribution climat-énergie et de la TVA. L’augmentation de l’essence a, elle, été moindre, la TICPE ayant baissé sur ce carburant.

Souhaitant aller encore plus loin, la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, s’est dite favorable fin décembre à une interdiction complète à terme des voitures diesel en France. La maire de Paris, Anne Hidalgo, entend faire de même dans la capitale d’ici 2025.

Par ailleurs, le scandale Volkswagen lié aux mesures d’émissions truquées a contribué également à la baisse des ventes.

Cette chute devrait se poursuivre. Car l’avantage fiscal accordé aux entreprises pour l’usage du diesel va être progressivement étendu à l’essence d’ici 2021. Ainsi, à cette date, elles pourront déduire 80 % de la TVA appliquée sur l’essence, comme c’est le cas actuellement pour le gazole.

Les ventes de voitures électriques en légère progression

Logiquement, sur le mois de janvier les ventes de voitures à essence sont en hausse et représentent 46,3 % des livraisons. Quant aux véhicules électriques, leurs ventes continuent de progresser (+1,46 %). Sur le mois de janvier, l’ensemble du marché de l’automobile a progressé de 10,6 %.

A lire aussi