Vitesse excessive, oubli du clignotant… les Français imprudents sur l’autoroute

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les infractions susceptibles de provoquer des accidents sont de plus en plus nombreuses.
Les infractions susceptibles de provoquer des accidents sont de plus en plus nombreuses. Les infractions susceptibles de provoquer des accidents sont de plus en plus nombreuses.

De nombreux Français vont prendre leur voiture pour partir en vacances cet été. Mais soyez prudent ! Les infractions susceptibles de provoquer des accidents sont de plus en plus nombreuses, à en croire les statistiques publiées jeudi 29 juin par la Sanef.

La Société des autoroutes du Nord et de l’Est de la France, qui exploite une partie du réseau autoroutier, a étudié en mars dernier le comportement des conducteurs sur une portion représentative de l’A13.

43 % des conducteurs roulent trop vite

Selon la cinquième édition de son observatoire, 43 % d’entre eux roulent à plus de 130 km/heure, la vitesse maximale autorisée par temps sec (37% en 2015). 4 % des conducteurs circulent même à plus de 150 km/heure, contre 3 % l’année dernière.

Les conducteurs semblent oublier qu’ils disposent d’un clignotant. 37 % d’entre eux ne l’actionnent pas pour doubler. 45 % ne l’utilisent pas pour se rabattre, contre 59 % l’année dernière.

22 % des conducteurs ne respectent pas les distances de sécurité

22 % des conducteurs ne respectent pas les distances de sécurité. Autre imprudence fréquente relevée par la Sanef : 36 % des usagers se placent sur la voie centrale de manière abusive.

4,9 % des conducteurs ont leur téléphone en main, contre 3,7 % en 2015.

Ces statistiques confirment le relâchement des comportements. En 2015, pour la deuxième année consécutive, la mortalité routière a augmenté (3 461 décès), le nombre de personnes blessées ayant reculé de 3,1 % (70 802).

A lire aussi