Vignette Crit’Air : rouler sans sera sanctionné à partir du 1er juillet

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
L’amende sera de 68 euros pour les voitures particulières et les deux-roues.
L’amende sera de 68 euros pour les voitures particulières et les deux-roues. L’amende sera de 68 euros pour les voitures particulières et les deux-roues.

Jusqu’à présent, les collectivités qui ont rendu les vignettes anti-pollution Crit’Air obligatoires ne sanctionnaient pas leur absence, en cas de contrôle des véhicules. A partir du 1er juillet, les choses changent.

Un décret, paru le 7 mai au Journal officiel, crée « une contravention en cas d’absence de présentation de certificat qualité de l’air pour un véhicule circulant dans une zone à circulation restreinte (ZCR) » - ce qui est le cas de Paris - ainsi qu’« en cas de violation des mesures d’urgence arrêtées en cas de pic de pollution atmosphérique ».

L’amende s’élèvera à68 euros (troisième classe) pour les voitures particulières et les deux-roues et 135 euros (quatrième classe) pour les bus et les camions.

Qu’est-ce que le dispositif Crit’Air ?

Les vignettes classent les véhicules les moins polluants en 6 catégories, en fonction de leur motorisation (électrique, essence, diesel) et de leur date de mise en circulation. Les voitures et deux-roues les plus polluants sont pour leur part exclus du dispositif : ils ne peuvent pas obtenir de macaron Crit’air.

Pour savoir si votre véhicule peut y prétendre, connaître sa catégorie et la procédure pour vous le procurer, cliquez ici.

Quelles villes sont concernées ?

La ville de Paris a été la première collectivité à imposer la vignette Crit’air pour limiter la circulation des véhicules les plus polluants sur tout son périmètre, intégralement érigé en zone à circulation restreinte (ZCR). Depuis le 16 janvier 2017, les fameuses vignettes sont obligatoires pour circuler en semaine, entre 8 et 20 heures, quel que soit le niveau de pollution.

Avoir une pastille écolo est obligatoire en cas de pic de pollutiondans toutes les communes de la métropole grenobloise, depuis le 1er novembre 2016. Depuis janvier, Grenoble a créé une ZCR, qui couvre le centre-ville, où la circulation est interdite en semaine de 6h à 19h pour les véhicules immatriculés avant le 30 septembre 1997 et les poids lourds immatriculés avant le 30 septembre 2001. Pour rouler dans cette zone, le macaron est donc nécessaire.

A Lyon, depuis le 12 décembre 2016, les vignettes sont de rigueur les jours decirculation alternée.

En septembre prochain, Strasbourg les appliquera également en cas d’épisode de pollution.

D’ici 2020, 24 communautés de communes, métropoles et agglomérations devraient instaurer des ZCR. Elles avaient répondu à l’appel au projet national « Ville respirable en 5 ans » lancé en 2015 par le ministère de l’Environnement. Ainsi, des ZCR devraient voir le jour à Reims, Lille, Bordeaux ou encore Montpellier.

Par ailleurs, les élus et les préfets peuvent mettre en place le dispositif dans toutes les agglomérations où les pics de pollution sont réguliers.

A lire aussi