Vous pouvez héler numériquement un taxi, sans frais d’approche

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Taxi, voyant vert, Paris
Un registre de disponibilité des taxis est ouvert. - © Thomas Demarczyk

Les utilisateurs de certaines applications mobiles peuvent héler gratuitement un chauffeur de taxi. Le ministère de la Transition écologique a annoncé le 21 décembre l’ouverture d’un registre permettant aux personnes utilisant une application agréée de solliciter un conducteur présent dans un rayon de 500 mètres, sans régler de frais d’approche.

Les chauffeurs « doivent être connectés au registre de disponibilité des taxis lorsqu’ils sont en service et disponibles », en installant sur sur leur mobile « l’application le.taxi », a souligné le ministère dans un communiqué.

Les clients, eux, doivent télécharger et naviguer sur une autre application. Pour l’heure, Onlymoov, Tako et Mob1Taxi sont décrites comme partenaires par le ministère de la Transition écologique. Elles permettant aux consommateurs de bénéficier du nouveau dispositif.

Un refus de course possible dans différentes hypothèses

Les conducteurs doivent prendre en charge toute personne qui le sollicite, soit sur la voie publique, soit par l’intermédiaire du registre, selon un décret du 16 décembre, publié le surlendemain au Journal officiel. Mais il peut refuser une course dans différentes hypothèses, notamment les suivantes :

  • la course est à destination d’un lieu se trouvant en ressort de son autorisation ou de tout autre périmètre préalablement défini par l’autorité qui lui a délivré son autorisation de stationnement ;
  • la réalisation de la course est incompatible avec la réglementation relative aux temps de travail et de repos applicable au conducteur ;
  • au moment de la réception de la demande de course, une demande est formulée simultanément au conducteur sur la voie ouverte à la circulation publique ;
  • durant l’approche du lieu de prise en charge d’une demande de course reçue par l’intermédiaire du registre de disponibilité des taxis, le conducteur constate que le lieu de prise en charge n’est pas accessible physiquement ou dans un délai raisonnable, que le client est absent, ou bien le conducteur est sollicité pour une prise en charge par un autre client présent sur une voie ouverte à la circulation publique du parcours d’approche ;
  • le véhicule est susceptible d’être sali ou détérioré en raison des personnes, objets ou animaux à transporter ;
  • l’hygiène ou la sécurité ne pourrait être assurée durant la course en raison des personnes, objets ou animaux à transporter ou des conditions dans lesquelles, à la demande du client, la course devrait être réalisée.

Un moyen pour les taxis de concurrencer les VTC

Le registre « vise à permettre le positionnement des taxis dans les applications de téléphone mobiles », précise le ministère de la Transition écologique. Les voitures de transport avec chauffeur (VTC) avaient réussi à les concurrencer sur le terrain des applications. Mais les VTC n’ont pas le droit de marauder : ils ont donc l’interdiction de prendre en charge des passagers qui les hèlent sur la voie publique, mais également d’utiliser les stations de taxis ou de prendre en charge des clients dans les files d’attente réservées aux taxis des gares et des aéroports.

Des services téléphoniques et en ligne permettaient déjà la commande immédiate et la réservation à l’avance de taxis, contre paiement de frais s’ajoutant à ceux de la course.

A lire aussi