Vacances, titres-restaurant… Toutes les mesures à retenir en faveur du tourisme

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé jeudi un plan de soutien à ce secteur, lourdement pénalisé par la crise sanitaire.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
5mn de lecture
Vacances
La crise sanitaire a un lourd impact sur le tourisme. © Tropical studio

La sortie progressive du confinement, depuis lundi 11 mai, n’a pas apaisé les inquiétudes des professionnels du tourisme, qui craignent de voir les départs en vacances fortement limités dans les mois à venir. Le chef du gouvernement, Edouard Philippe, a dessiné jeudi les contours d’un plan de soutien « sans précédent » au secteur de 18 Md€, à l’issue d’un Comité interministériel du tourisme. 

L’exécutif a mené « un sauvetage massif et tenu compte des remontées du terrain », se félicite dans un entretien à Dossier Familial Pascale Fontenel-Personne, députée apparentée au groupe La République en marche (LREM) à l’Assemblée nationale. « Le secteur est sinistré durablement », rappelle l’élue, qui attend des mesures pour le tourisme social, en cours de préparation.

Voici les annonces faites par Edouard Philippe dans un discours à Matignon.

Des vacances en juillet et en août

La population aura la possibilité de partir en vacances en « juillet » et en « août » en France métropolitaine et en outre-mer, a souligné le Premier ministre, sans dire si l’interdiction de principe des déplacements au-delà de 100 kilomètres sera encore en vigueur cet été. Une révision de ce seuil est susceptible d’être mise en œuvre début juin.

Remboursement des frais

Différentes organisations de professionnels ont promis de rembourser les frais versés par leurs clients en cas d’annulation, si les vacanciers doivent annuler leur voyage en raison de la crise sanitaire, selon Edouard Philippe, qui a notamment évoqué l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) ou le Syndicat des entreprises de tour operating (SETO).

L’exécutif envisage un rebond de la pandémie de Covid-19 dans le pays, justifiant un nouveau confinement ou des mesures locales restrictives. Garantir aux Français le remboursement de leur voyage en cas d’annulation est un moyen de les inciter à préparer leurs vacances dès aujourd'hui et de redémarrer un secteur dévasté. Vérifiez bien ces conditions et vous pourrez vous projeter dans vos futurs congés sereinement.

Réouverture possible des bars et des restaurants le 2 juin dans les zones vertes

Les cafés et les restaurants situés dans les zones vertes sont susceptibles de rouvrir le 2 juin dans les départements classés verts. Le calendrier de reprise d’activité de ces établissements, qui ont dû mettre fin au service le 15 mars à minuit, doit être détaillé dans « la semaine du 25 mai », a indiqué le chef du gouvernement.

 « Certains restaurateurs situés en zone verte ne pourront pas rouvrir le 2 juin même s’ils en ont l’autorisation, d’autres le pourront car ils pourront plus facilement respecter les consignes sanitaires », estime Pascale Fontenel-Personne, partisane d’un travail de « dentelle » pour relancer le tourisme.

Plafond quotidien d’utilisation des titres-restaurant

Le plafond quotidien de l’utilisation des titres-restaurant par salarié bénéficiaire va passer de 19 à 38 €, à compter de leur réouverture. Leur utilisation sera possible pendant les week-ends et les jours fériés.

Baisse de la taxe de séjour

Les collectivités territoriales vont avoir la possibilité de diminuer la taxe de séjour en 2020 que doivent régler notamment les personnes louant une chambre d’hôtel ou un meublé touristique. Elles pourront de surcroît réduire des deux tiers la cotisation foncière des entreprises, une mesure que « l’Etat financera pour moitié », a précisé Edouard Philippe. Ces règles doivent figurer dans le futur troisième projet de loi de finances rectificative pour 2020.

Reconduction du chômage partiel jusqu’en septembre

« La quasi-totalité du secteur a recours aujourd’hui au chômage partiel », a rappelé le chef du gouvernement. Les règles de l’activité partielle en vigueur vont être maintenues « au moins jusqu’à la fin du mois de septembre » pour les entreprises de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme. « Au-delà, le chômage partiel leur restera ouvert si les activités reprennent trop lentement, dans des conditions qui seront le cas échéant revues », a fait savoir Edouard Philippe.

La réforme du chômage partiel permet aux salariés, dans la plupart des cas, de percevoir environ 70 % de leur salaire brut, soit environ 84 % de leur salaire net.

Elargissement du Fonds de solidarité

Le Fonds de solidarité va rester « ouvert jusqu’à la fin de l’année 2020 » aux entreprises de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme.

L’accès va être élargi aux entreprises employant jusqu’à 20 salariés et dégageant un chiffre d’affaires maximal de 2 M€. L’aide pourra atteindre 10 000 €.

Un prêt garanti amélioré

Le prêt garanti par l’Etat (PGE), mis en place pour favoriser les financements bancaires, va être amélioré pour les entreprises de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme.

Les règles de ce « prêt garanti Etat saison […] seront plus favorables » : le plafond pourra atteindre l’équivalent des « trois meilleurs mois de l’année précédente », selon le chef du gouvernement.

L’enveloppe des prêts tourisme accordés par BpiFrance va passer de 250 M€ à 1 Md€.

Report des mensualités bancaires

Les banques ont pris l’engagement de proposer aux petites et moyennes entreprises du secteur « un report des mensualités de tous leurs prêts sur 12 mois et non pas simplement sur les 6 mois comme aujourd’hui ».

Allègement de cotisations sociales

Les cotisations sociales patronales à régler entre mars et juin vont être effacées pour les entreprises de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme. « L’exonération sera prolongée tant que la fermeture durera », a ajouté Edouard Philippe.

Par ailleurs, « un crédit de cotisation de 20 % des salaires versés depuis février sera accordé aux entreprises ».

Les différents allègements doivent représenter « plus de 2 Md€ » au total.

Plan d’investissement

Un plan d’investissement de 1,3 Md€ pour le tourisme sera porté par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et par BpiFrance.

Des fonds privés vont s’y ajouter, ce qui permettra d’attribuer au secteur des financements « d’environ 7 Md€ ».

Des initiatives prises par les collectivités territoriales

Différentes collectivités prennent des mesures spécifiques pour soutenir le secteur. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur a par exemple créé des « chéquiers vacances » de 500 € pour les salariés du privé au contact direct avec le public durant la pandémie, sous conditions de revenus.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :