Tickets-restaurant : bientôt indexés sur la hausse des prix

La revalorisation de la part des tickets-restaurant prise en charge par les entreprises devrait être fondée sur l’indice des prix à la consommation à partir de 2020. Un coup de pouce pour le pouvoir d’achat des salariés.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

1mn de lecture
© nd3000

Les députés ont voté un amendement au projet de loi de finances pour 2020 concernant les tickets-restaurant. Il prévoit que la part prise en charge par les entreprises qui est exonérée de cotisations sociales soit indexée sur l’indice des prix à la consommation et non plus sur la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu.

Concrètement, si l’employeur est libre de déterminer le montant de la valeur des titres-restaurant qu’il octroie à son personnel, il est influencé par les limites légales imposées à la contribution financière des employeurs. Pour être exonéré de cotisations sociales de Sécurité sociale, la contribution patronale au financement des tickets-restaurant doit être comprise entre 50 et 60 % de la valeur nominale du titre et ne pas excéder 5,52 € par titre en 2019.

Pour 2019, le montant maximal d’un titre-restaurant pour lequel l’employeur bénéficie d’une exonération de cotisations de Sécurité sociale est de :

  • 11,02 € s’il prend à sa charge 50 % du ticket-restaurant
  • 9,20 € s’il prend à sa charge 60 %.

> A LIRE : Titres-restaurant : les règles

Une hausse de pouvoir d’achat pour les salariés

En fondant l’indexation du plafond d’exonération de la contribution patronale sur l’indice des prix à la consommation, l’évolution à la hausse de ce dernier devrait être plus rapide. « Ces dernières années, les salariés français bénéficiaires d’un titre-restaurant ont vu leur pouvoir d’achat dédié à leur restauration s’éroder de manières significative. Alors que les indices des prix à la consommation dans l’alimentaire et la restauration ont augmenté respectivement de 7 et 15 %, le plafond de la contribution patronale des titres-restaurant est resté quant à lui quasi stable sur cette période (+ 2,5 %) », explique l’amendement porté par la députée Les Républicains Véronique Louwagie.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :