Tests de dépistage, décontamination, médicaments… Gare aux arnaques liées au coronavirus

5 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Une délinquance liée au coronavirus s’est développée.
© Ben_24

La délinquance n’a pas cessé avec le confinement : elle s’est renouvelée. Des malfrats profitent de la pandémie de coronavirus pour vous soutirer de l’argent. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), une administration du ministère de l’Economie et des finances, a averti le 3 avril contre la prolifération d’arnaques diverses, dont les particuliers peuvent être victimes. Passage en revue de ces fraudes.

Tests de dépistage

Un site prétend pouvoir vous envoyer un dépistage du Covid-19 par voie postale ? Ne commandez pas ce soi-disant test.

« Toute offre de dépistage semblant émaner des services de l’Etat est une arnaque pour obtenir vos données personnelles, particulièrement vos coordonnées bancaires », explique la DGCCRF sur son portail.

Seules les autorités sanitaires pratiquent des dépistages pour confirmer un diagnostic.

Aucun organisme public ne fournit par ailleurs « de kit de confinement comprenant masque, gel hydroalcoolique, thermomètre ou autre matériel médical », indique l’administration de Bercy.

D’après Le Parisien/Aujourd’hui en France, les gendarmes de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique ont fermé le 27 mars sept sites de vente frauduleuse de masques ou de gel hydroalcoolique et de tests de dépistage.

Prestations de décontamination

Des personnes sonnent à votre porte et vous vantent une prestation de décontamination ? Elles souhaitent certainement vous cambrioler. L’Etat ne prévoit pas pour le moment pas de décontaminer les logements.

Différents moyens peuvent être mis en œuvre pour éviter la dissémination du virus dans une habitation, parmi lesquels l’aération quotidienne par l’ouverture des fenêtres.

Médicaments vendus en ligne

Des sites peuvent proposer à la vente des médicaments qu’ils qualifient d’efficaces contre le Covid-19 ou encore utilisés dans le traitement d’autres maladies et « qui font l’objet de recherches dans le cadre de la lutte contre le virus » comme la chloroquine, employée pour prévenir ou soigner le paludisme.

Acheter en ligne des produits disponibles sur prescription médicale et en pharmacie, constitue un acte illégal.

Surtout, l’usage de ces médicaments présente un risque pour la santé pouvant mener à la mort.

Paracétamol vendu en ligne

La vente en ligne de paracétamol a été suspendue. Les annonces publiées sur Internet vous proposant du Doliprane ou un autre médicament composé de paracétamol sont frauduleuses.

Produits protégeant ou guérissant du coronavirus

« Toute présentation de produits (alimentaires ou non) affirmant protéger ou guérir du coronavirus relève de la pratique commerciale trompeuse », rappelle la DGCCRF.

Car il n’existe ni vaccins, ni aliments, ni purificateurs d’air, ni lampes, ni compléments alimentaires, ni aucun autre produit permettant de se prémunir ou de guérir du Covid-19.

Attestations de déplacement payantes

La délivrance d’attestations de déplacement contre rémunération est une arnaque. Vous pouvez télécharger gratuitement sur le site du ministère de l’Intérieur, puis imprimer ou recopier ce document vous permettant de sortir suivant l’un des motifs de déplacement dérogatoire autorisé.

Fuyez également les plateformes permettant soi-disant « d’éditer une version numérique de cette attestation : vous êtes susceptible de fournir des données personnelles particulièrement sensibles », selon la DGCCRF.

Pour obtenir une attestation numérique, utilisez seulement l’outil en ligne du ministère de l’Intérieur.

Les attestations ne correspondant pas au modèle officiel ne sont pas valables du point de vue des forces de l’ordre.

Exercice illégal de l’activité d’intermédiaire en financement participatif

Des appels aux dons ou des cagnottes sont lancés en ligne en faveur des soignants. Attention, prévient Bercy, « certains individus exercent de manière illégale l’activité d’intermédiaire en financement participatif ».

Avant tout transfert d’argent, mieux vaut donc s’assurer de l’identité du professionnel et de la destination de vos dons.

« La même vigilance doit s’appliquer aux appels aux dons en soutien à certains secteurs d’activité » comme l’édition, la restauration ou les refuges pour animaux.

Offres d’investissement alléchantes

L’économie française est tombée en récession. Mais ce n’est pas une raison pour vous précipiter sur les offres d’investissement dans une valeur prétendument refuge (or, vin, etc.) ou dans une société promettant des bénéfices importants.

Bercy recommande de vérifier la fiabilité des sociétés à l’origine de ces offres. Vous pouvez vous rendre sur le site de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour consulter les listes des structures ayant reçu une mise en garde ou ayant usurpé l’identité d’acteurs bien régulés.

En outre, même s’ils sont conformes aux règles, les placements mentionnés revêtent un risque de perte.

Multiplication des fraudes en ligne

Les fraudes déjà pratiquées avant la crise sanitaire se multiplient. Ainsi le hameçonnage (phishing ou smishing en anglais) : certains malfrats usurpent l’identité d’une entreprise ou d’une administration pour vous adresser des courriels ou des SMS liés à l’épidémie. Objectifs : aspirer vos données personnelles, notamment bancaires, ou obtenir un transfert d’argent. Ne cliquez pas sur le lien ou ne rappelez pas le numéro surtaxé.

« De la même manière, la fraude des appels à rebond consiste à inviter (par des appels ou des messages laissés sur le répondeur) le consommateur à appeler un numéro surtaxé, sous de faux prétextes », précise la DGCCRF.

Annonces de livraison rapide

Les annonces vous promettant une livraison rapide ne sont pas forcément des arnaques. Mais examinez-les prudence : en raison des difficultés de la poste et de tous les transporteurs, vous risquez de recevoir votre colis au-delà du délai attendu.

A lire aussi