Stationnement à Paris : les tarifs vont augmenter dès cet été

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© tupungato

Garer sa voiture à Paris coûtera bientôt plus cher. L’adjoint à la mairie PS Anne Hidalgo en charge de la transformation de l’espace public, des transports, des mobilités, David Belliard (EELV), a annoncé, mardi 15 juin, une évolution des tarifs de stationnement dans la capitale.

Ce qui change pour les automobilistes

Le tarif horaire de stationnement des automobilistes « visiteurs », c’est-à-dire non-résidents, va augmenter. A compter du 1er août, il passera de 4 à 6 € en zone 1 (du 1er au 11e arrondissement) et de 2,4 à 4 € en zone 2 (du 12e au 20e arrondissement). Pour les résidents, le prix du stationnement reste à 1,5 € la journée ou 45 € par an. Il « sera désormais moins coûteux de stationner en sous-sol (le plus souvent à partir de deux heures de stationnement) », affirme la mairie.

Jusqu’ici gratuit, le stationnement dans les bois de Vincennes et Boulogne coûtera 4 € de l’heure, comme dans la zone 2 de Paris, à partir de l’automne. Une tarification spécifique sera mise en place pour le samedi et le dimanche sera gratuit.

Le prix du forfait post-stationnement (FPS), nom donné aux contraventions de stationnement, va lui aussi augmenter. Il passera de 50 à 75 € en zone 1 et de 35 à 50 € en zone 2. Le montant du FPS peut être minoré s’il est payé dans les 9 jours suivant la date d’envoi de l’avis de paiement. Dans ce cas, il passera de 35 à 52,50 € en zone 1 et de 24,50 à 35 € en zone 2.

Par ailleurs, la moitié des places de stationnement en surface – soit entre 60 000 et 65 000 – sera transformée afin d’être dédiée à d’autres usages : agrandissement et aménagement des trottoirs, pistes cyclables, espaces végétalisés, terrasses, mobilier urbain, etc. En revanche, les publics prioritaires verront leur nombre de places augmenter : 1 000 nouvelles places pour les personnes handicapées, 1 000 nouvelles places pour les véhicules en autopartage, 1 000 nouvelles places de livraison, 1 000 nouvelles places vélos-cargos et 100 emplacements de taxis supplémentaires.

Ce qui change pour les deux-roues motorisés

Concernant les deux-roues motorisés, ils pourront continuer à se garer sur les emplacements voiture mais le stationnement deviendra payant à partir de 2022, excepté pour les modèles électriques.

Les tarifs équivaudront à 50 % de ceux s’appliquant aux automobiles. Les professionnels sédentaires auront également un tarif égal à 50 % du tarif résident voiture. Les bénéficiaires de la carte PRO-mobile se verront appliquer un tarif de 50 centimes d’euros par heure et les professionnels du soin à domicile se déplaçant en deux-roues motorisés bénéficieront du stationnement gratuit.

Enfin, la mairie prévoit de créer 5 000 places de stationnement en plus des 40 000 existantes pour cette catégorie de véhicules.

A lire aussi