Six conseils pour faire vos courses sans vous contaminer au coronavirus

Emporter votre propre cabas, privilégier le paiement sans contact, nettoyer à l’eau savonneuse les emballages des produits… Dossier familial vous donne quelques règles simples pour limiter les risques de contamination.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
5mn de lecture
© Hispanolistic

En cette période de confinement, aller faire ses courses est l’une des rares occasions de sortir de chez soi. Si les marchés alimentaires à ciel ouvert et couverts sont fermés, sauf rares exceptions, depuis le mardi 24 mars, les supérettes, supermarchés, hypermarchés et commerces de détail (boucheries, poissonneries, maraîchers, cavistes...) sont accessibles.

Mais avant d’y faire vos emplettes, quelques précautions s’imposent afin d’éviter d’être contaminé par le coronavirus.

Faites vos courses une ou deux fois par semaine maximum

Le Covid-19 se propage entre humains par voie aérienne, lorsqu’une personne tousse ou éternue, par contact manuel ou par l’intermédiaire d’un objet contaminé. Le meilleur moyen de se protéger est donc d’éviter les courses quotidiennes et de faire le plein une à deux fois maximum par semaine. Afin de limiter le plus possible les contacts, les enseignes de la grande distribution ont élargi leurs créneaux horaires ou réservé une plage horaire, tôt le matin, pour les clients âgés de plus de 70 ans.

Privilégiez la livraison à domicile

Pour toutes les personnes vulnérables, il est même conseillé de recourir au drive ou de se faire livrer à domicile. Chez Carrefour par exemple, la livraison à domicile est possible dans plus de 80 villes de France. Chez Auchan, le service est proposé uniquement dans les agglomérations de Paris, Lille et Lyon ; chez Leclerc, seuls les Parisiens peuvent en profiter. Chez Monoprix, la zone de livraison à domicile est variable et l’enseigne a mis en place un numéro vert (le 0 800 05 8000) qui permet de commander un panier de produits de première nécessité (2 au choix, l’un à 30 €, l’autre à 45 €) et d’être livré gratuitement.

Pour connaître les créneaux horaires de la livraison et la disponibilité du service près de chez vous, consultez le site internet de l’enseigne. Face à l’abondance des commandes, les créneaux sont vite indisponibles.

Respectez les gestes barrières

Au moment d’aller faire vos courses, emportez votre propre cabas. Vous éviterez ainsi d’utiliser un chariot ou un panier qu’une éventuelle personne contaminée aurait pu manipuler. Dans le magasin, pensez à ne pas vous toucher le visage et à toujours vous tenir à au moins un mètre de distance des autres clients et salariés. Au niveau des caisses, la plupart des enseignes ont d’ailleurs mis des marquages au sol pour que les clients respectent la distance de sécurité.

Porter des gants et un masque n’est pas utile

Non, vous n’avez pas besoin de vous équiper de gants pour aller faire vos emplettes. C’est même déconseillé comme l’explique le ministère de la Santé :

« Les gants peuvent servir de support au virus après souillage par des gouttelettes (les sécrétions respiratoires qu’on émet quand on tousse, éternue ou discute), qui sont le moyen de transmission du coronavirus. »

La seule barrière efficace est donc de vous laver les mains avant d’aller chez votre commerce de proximité et après avec du savon ou du gel hydroalcoolique.

De même, porter un masque de protection n’est pas recommandé si vous n’êtes pas malade. « Les masques sont une denrée rare et une ressources précieuse pour les soignants. Ils sont inutiles pour toute personne dans la rue. Seul le personnel soignant et les malades dans leur chambre ont besoin de ces masques », a insisté la semaine dernière Jérôme Salomon, directeur général de la Santé lors de son point presse quotidien.

Privilégiez le paiement sans contact

Si le risque d’être contaminé par de l’argent liquide est infime selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il est conseillé de privilégier le paiement sans contact. Si vous tapez votre code de carte bancaire sur le clavier du terminal de paiement, ne vous touchez pas le visage ensuite et lavez-vous les mains avec du gel hydroalcoolique.

Nettoyez les emballages avec de l’eau savonneuse

Le virus peut survivre plusieurs jours sur une surface. Une étude de la revue scientifique New England of Journal Medicine, publiée le 17 mars dernier, montre que le Covid-19 survit 72 heures sur du plastique et 24 heures sur du carton. Une autre étude anglaise estimait sa survie à neuf jours sur du plastique et cinq jours sur du carton. « Toutefois, ce n’est pas parce qu’un peu de virus survit que cela est suffisant pour contaminer une personne qui toucherait cette surface. En effet, au bout de quelques heures, la grande majorité du virus meurt et n’est probablement plus contagieux », note le ministère de la Santé.

Par précaution, il est donc conseillé de nettoyer les emballages de vos achats avec une éponge et de l’eau savonneuse puisque le virus ne résiste pas au savon. Pour les produits frais comme les yaourts, jetez le sur-emballage en carton. Et une fois les produits rangés, lavez-vous une nouvelle fois les mains et faites tremper votre éponge dans de l’eau de javel diluée.

Les aliments peuvent-ils transmettre la maladie ?

A priori, non. « Les aliments crus ou peu cuits ne présentent pas de risques de transmission d’infection particuliers, dès lors que les bonnes règles d’hygiène habituelles sont respectées lors de la manipulation et de la préparation des denrées alimentaires », explique le ministère de la Santé. Il est donc recommandé de se laver les mains avec du savon avant et pendant la préparation des repas. Ce lavage doit avoir lieu après tout geste contaminant (après avoir toussé, après s’être mouché, etc.).

Le nettoyage des surfaces, des matériels et des ustensiles de cuisine est tout aussi important ainsi que la séparation des aliments crus et cuits. Le virus est, par ailleurs, sensible aux températures de cuisson. Une cuisson à 63°C pendant 4 minutes permet de diviser par 10 000 la contamination d’un produit alimentaire.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :