Sésame contaminé : plus de 1 000 produits rappelés

Biscuits, bagels, biscottes, houmous… Depuis septembre, près de 1 100 produits contenant des graines de sésame ont été retirés des rayons en raison de leur contamination par un pesticide.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© kuppa_rock

La liste ne cesse de s’allonger. Depuis plusieurs semaines, des produits contenant du sésame  font l’objet de rappels par les autorités sanitaires françaises. Ils contiennent des graines en provenance d’Inde contaminées à l’oxyde d’éthylène, une substance classée cancérigène, mutagène – c’est-à-dire pouvant causer des anomalies génétiques – et toxique pour la reproduction.

L’utilisation de ce désinfectant gazeux, visant notamment à éviter la formation de moisissures, est interdite en Europe mais pas en Inde. L’Union européenne autorise la présence de ce pesticide dans certains produits d’importation dans la limite de 0,05 mg/kg. Or, les taux retrouvés dans plusieurs lots de graines de sésame en provenance d’Inde étaient 1 000 fois supérieurs à cette limite. Certains ont même présenté des teneurs en oxyde d’éthylène allant jusqu’à 186 mg/kg, une valeur 3 500 fois plus élevée que la limite maximale autorisée. D’après l’association de consommateurs, l’UFC-Que Choisir, plus de 250 tonnes de graines de cet oléagineux, réparties dans 34 lots, sont concernées.

Quels sont les produits concernés par les rappels ?

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) met régulièrement à jour sur son site internet la liste des produits rappelés. A la date du 20 novembre, près de 1 100 références y sont recensées. On y trouve des paquets de graines de sésame, de la purée de sésame, du houmous, des pains (baguettes, bagels, pains pour hamburgers, etc.), des biscottes, des biscuits salés et sucrés, des salades et même des tourtes. Des grandes marques comme Auchan, Bonne maman, Carrefour, Gerblé, Intermarché, Lidl, Monoprix, Picard ou encore Sytème U sont concernées. Même le bio n’est pas épargné. La Vie Claire, chaîne de magasins spécialisée dans le bio, l’entreprise Biofournil, spécialisée dans la fabrication de pains, ou encore la marque Bjorg ont dû retirer plusieurs produits.

Que faire si vous avez des produits contenant des graines de sésame ?

Si vous avez des produits contenant des graines de sésame, vérifiez s’ils font partie de la liste. Attention, ne regardez pas seulement si le nom y figure mais vérifiez également le numéro de lot. Seuls certains lots d’un produit peuvent, en effet, avoir été rappelés. Pour cela, vous devez consulter le fichier Excel des avis de rappels.

S’ils n’en font pas partie, restez vigilant et consultez à nouveau la liste dans les prochains jours. Les rappels de produits risquent de se poursuivre dans les semaines à venir.

Y a-t-il un risque d’intoxication ?

Non, il n’y a pas de risque d’intoxication en consommant quelques graines de sésame. L’oxyde d’éthylène peut être cancérigène mais à long terme et à haute dose. « Si un consommateur devait consommer ces graines non conformes chaque jour de sa vie et en grande quantité, il y a un risque pour sa santé », expliquent les autorités sanitaires belges, qui ont révélé le problème en septembre dernier, dans une foire aux questions. Mais « en plus petite quantité, aucun danger aigu[n’est] à déplorer ».

Quelles sont les mesures prises pour éviter la mise sur le marché de produits non conformes ?

Outre les rappels de produits contenant des graines de sésame dans 25 pays de l’Union européenne, la Commission européenne a fixé de nouvelles conditions à l’importation de graines de sésame en provenance de l’Inde. Depuis le 26 octobre, chaque lot importé en Europe doit être accompagné d’un certificat officiel qui stipule que les semences sont bien conformes aux normes européennes. En plus de cette certification, un lot sur deux doit faire l’objet d’un contrôle de résidus de pesticides incluant l’oxyde d’éthylène.

De son côté, l’ONG Foodwatch appelle le ministère de la Santé et la Répression des fraudes à communiquer sur les risques encourus, l’ampleur du problème en France et sur leurs intentions en termes de sanctions à l’égard des industries agroalimentaires contrevenantes à la réglementation.

Partager cet article :