Services publics : ce que compte faire Emmanuel Macron

4 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Plaque France services
À Rabastens de Bigorre (Hautes-Pyrénées). - © Xose Bouzas/Hans Lucas via Reuters Connect

Le chef de l’Etat sortant Emmanuel Macron, adversaire de la candidate d’extrême droite (Rassemblement national, RN), Marine Le Pen, lors du second tour de l’élection présidentielle organisé le 24 avril, fait différentes propositions concernant les services publics.

« Un numéro unique, avec une personne au bout du fil »

Dans son programme diffusé sur le site Avecvous.fr, il propose l’ouverture d’« [u]n guichet unique pour toutes les démarches (CAF, papiers d’identité…) » et la création d’« un numéro unique, avec une personne au bout du fil », pour obtenir des renseignements.

L’équipe de campagne du candidat soutenu par La République en marche (LREM) précise que « le guichet unique ne consisterait pas, a priori, en un regroupement des administrations, même si on ne se refuse rien ». Elle met l’accent sur le « numéro unique, disponible selon une forte amplitude horaire », qui « permettra d’obtenir une réponse à ses questions sous 48 heures ».

Comme l’explique Le Parisien/Aujourd’hui en France, le dispositif doit induire un élargissement des questions déjà susceptibles d’être adressées en ligne ou par téléphone aux administrations, sur les thèmes suivants.

« On pourra déposer un dossier pour une carte d’identité ou un passeport par exemple, précise son équipe. Les agents pourront traiter les demandes de premier niveau comme les changements d’adresse, la perte d’un emploi, les demandes d’état civil, des renseignements sur des dispositifs comme Ma Prime Rénov’ ou sur des aides sociales auxquelles l’administré peut prétendre… », a dit l’équipe de campagne au Parisien/Aujourd’hui en France.

« Ensuite, pour les besoins plus spécifiques ou complexes, les Français pourront toujours rencontrer un agent spécialisé de l’administration concernée », selon l’équipe de campagne.

Hausse du nombre de maisons France services (MFS)

Le nombre de maisons France services (MFS) doit augmenter, selon le candidat. « Il y a aujourd’hui plus de 2 000 maisons France services, notre objectif est d’arriver à 2 500, afin qu’il y en ait dans chaque canton », précise-t-on dans l’équipe de campagne.

Les MFS proposent différentes prestations, parmi lesquelles un « accompagnement des démarches administratives du quotidien comme la déclaration de revenus, la gestion du prélèvement à la source » ou « le renouvellement des papiers d’identité, du permis de conduire et de la carte grise… », détaille le site de Bercy Economie.gouv.fr.

La création d’un réseau de maisons France Services avait été annoncée par Emmanuel Macron au cours de sa conférence de presse donnée le 25 avril 2019, en conclusion du grand débat national organisé en réaction au mouvement des « gilets jaunes ». Le président de la République souhaitait, déjà, une telle structure « dans chaque canton, en moyenne ».

Elargissement de France Connect

L’équipe de campagne d’Emmanuel Macron envisage une extension à de nombreuses démarches de France Connect. Ce dispositif que propose l’Etat « pour sécuriser et simplifier la connexion à plus de 1 000 services en ligne », d’après le site Franceconnect.gouv.fr, vous permet de réutiliser vos codes d’accès à des sites comme Impots.gouv.fr ou Ameli.fr pour réaliser de nombreuses formalités, comme :

  • la déclaration de revenus ;
  • la déclaration de perte ou de vol de votre carte Vitale ;
  • le suivi de votre demande de carte nationale d’identité (CNI) ou de passeport.

Selon l’équipe de campagne, « un site web unique permettra d’accomplir de nombreuses démarches administratives », en donnant aux Français la possibilité de ne pas communiquer « leurs données personnelles plusieurs fois ».

De nouvelles sous-préfectures

Au-delà de ce service, Emmanuel Macron prévoit l’ouverture de « sous-préfectures », afin de renforcer la présence de l’Etat sur le territoire, selon son programme. Mais son équipe de campagne précise que le nombre de démarches susceptibles d’être accomplies dans les sous-préfectures ne va pas augmenter.

Les compétences des sous-préfectures dans leurs rapports avec les particuliers sont limitées. Les sous-préfectures ont notamment « compétence pour les procédures concernant la création des associations ainsi que pour la modification de leur statut ou de leur dissolution », rappelle la sous-préfecture de Maine-et-Loire sur son site.

A lire aussi