Sécurité routière : les lieux de vente d’alcool sont obligés de vendre des éthylotests

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© chrisbrignell

Chaque année, l’excès d’alcool est responsable de près de 30 % des accidents mortels sur la route en France, selon la Sécurité routière. Dans l’espoir de responsabiliser les consommateurs, l’Etat a décidé de rendre obligatoire la mise en vente d’éthylotests dans les débits de boissons alcoolisées à emporter à partir du 1er juillet, conformément à la loi d'orientation des mobilités (LOM) de 2019.

Qui est concerné ?

Tous les établissements qui vendent de l’alcool à emporter sont soumis à cette obligation : les grandes surfaces (hypermarchés, supermarchés, etc.), les épiceries, les cavistes, les stations-service, les marchands ambulants ainsi que les sites de vente en ligne de boissons alcoolisées. Au total, près de 50 000 exploitants sont concernés.

En revanche, les propriétaires-récoltants comme les vignerons, qui proposent des boissons alcoolisées issues de leur propre récolte, ainsi que les points de vente temporaires (sur les salons, dans les kermesses ou les foires) ne sont pas concernés, car ils ne sont pas soumis à l’obligation de détention d’une licence de vente à emporter.

Où trouver les éthylotests ?

Les éthylotests doivent être mis en vente à proximité du rayon présentant le plus grand volume de boissons alcoolisées ou près du lieu d’encaissement pour les débits dont l’activité principale est la vente d’alcool. Ils doivent être visibles et signalés par une affiche de prévention qui souligne l’importante de l’auto-dépistage. Sur les sites de vente en ligne, une bannière devra apparaître « de façon fixe et visible » sur la page de paiement.

Quels types d’éthylotests ?

Les établissements doivent obligatoirement proposer à la vente deux types d’éthylotests chimiques homologués, à usage unique, afin de permettre le dépistage des deux taux d’alcoolémie maximums autorisés au volant : 0,25 mg/L d’air expiré et 0,10 mg/L d’air expiré pour les détenteurs du permis probatoire. En complément, ils peuvent aussi proposer à la vente des éthylotests électroniques. Ils devront disposer d’un stock minimal de 10 ou 25 éthylotests, en fonction de la taille du rayon d’alcool.

Combien coûtent les éthylotests ?

Les éthylotests chimiques, à usage unique, coûtent entre 1 et 2 euros en moyenne. Ils peuvent être vendus par lot.

Quelles sanctions ?

Le non-respect de cette obligation sera puni de l’amende prévue pour les contraventions de quatrième classe (675 € et jusqu’à 1 875 € en cas d’amende forfaitaire majorée).

A lire aussi