Sécurité routière : les feux comportementaux ne sont pas réglementaires

Apparus depuis plusieurs années en France, les feux « comportementaux », aussi appelés radars « pédagogiques », qui passent au rouge si le conducteur dépasse la vitesse autorisée, ne sont pas réglementaires. Le ministère de l’Intérieur demande aux collectivités qui les ont installés de les retirer.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© anjajuli

Depuis quelques années, des feux de circulation tricolores dits « comportementaux » ou « intelligents » sont apparus sur le bord des routes françaises. Placés à l’entrée des villages ou aux abords des établissements scolaires, ils changent de couleur en fonction de la vitesse de l’automobiliste qui approche.

Ces dispositifs comprennent deux systèmes différents. Le premier est le « feu sanction » dans lequel le feu passe au rouge lorsqu’un conducteur ne respecte pas la limitation de vitesse à l’approche d’un carrefour, et le deuxième est le « feu récompense » dans lequel le feu est rouge et passe au vert lorsqu’on s’approche en respectant la limitation de vitesse.

Des feux non conformes

Mais ces feux, qui tendent à se généraliser, ne sont pas « conformes à la réglementationactuelle », vient de rappeler le ministère de l’Intérieur en réponse à une question écrite du sénateur Les Républicains Cédric Perrin.

« S’ils permettent dans certains cas d’augmenter le taux de respect de la vitesse limite autorisée, ils peuvent aussi induire une hausse des infractions de franchissement de feu rouge et provoquer des comportementsinappropriés car ils encouragent les usagers à accélérerlorsque le vert vient d’apparaître», avait déjà expliqué l’an dernier le ministère en réponse à une question écrite d’une sénatrice.

Les collectivités doivent les retirer

Toutefois, ces feux « comportementaux » pourraient contribuer à modérer la vitesse de circulation des véhicules, notamment dans les petites communes. C’est pourquoi le gouvernement étudie les modalités de réglementation de ces dispositifs. Une expérimentation est ainsi actuellement en cours dans le Nord dans la commune du Vieux-Mesnil. Un groupe de travail associant collectivités, fabricants d’équipements de la route et centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement doit également proposer des conditions d’utilisation et un domaine d’emploi pour ces feux. « En fonction desdifférentes conclusions, la réglementation pourra évoluer », indique le ministère.

Mais en attendant une éventuelle évolution, « lescollectivités qui auraient déjà implantéce typede dispositifs doivent les éteindre ou leur redonner un usage de feu de circulation classique », précise le ministère. A défaut, leur responsabilité pourra être engagée ainsi que leur responsabilité pénale de leurs représentants en cas d’accident corporel de la circulation.

 

 

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :