Sécurité routière : bientôt un nouveau radar mobile installé sur des ponts

1 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© ricochet64

Serez-vous bientôt aussi flashé sur les ponts ? Après les radars tourelles, les radars urbains et les radars anti-bruit, un nouvel appareil devrait bientôt faire son apparition sur les routes de France. 

D’après les informations du site spécialisé Radars-auto.com, ce nouveau modèle a vocation à remplacer le Mesta 210C. En service depuis maintenant 14 ans, le fameux radar mobile, surnommé « le hibou » en raison de ces deux ronds globuleux, va bientôt prendre sa retraite.

Son remplaçant sera plus performant. Il sera, en effet, capable d'identifier la voie de circulation des véhicules en infraction et de faire la différence entre les véhicules légers et les poids lourds. Mais ce n’est pas tout. En plus des excès de vitesse, le futur radar devrait être en mesure de contrôler d'autres infractions au Code de la route comme le franchissement de feux rouges ou de bandes blanches. Ces informations doivent, toutefois, encore être confirmées par le ministère de l’Intérieur.

Pas d'amende avant 2023

Comme le Mesta 210C, le nouvel appareil pourra être embarqué dans un véhicule porteur de type break ou bien être utilisé pour des contrôles statiques. Dans ce cas, il pourra être installé dans le coffre d’une voiture stationnée sur le bord de la route ou sur un trépied positionné sur l’accotement mais également - et c’est la grande nouveauté - sur les ponts. « La sécurité routière justifie cette nouvelle possibilité par la raréfaction des accotements sécurisés sur les voies rapides », explique le site radars-auto.com.

Cela étant, le marché public de déploiement n’étant pas encore publié, ce radar mobile nouvelle génération ne devrait pas verbaliser les automobilistes avant 2023.

A lire aussi