Reconfinement : l’exécutif peut changer d’avis face à la pandémie de Covid-19

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Un conseil de défense, le 12 novembre 2020.
© Thibault Camus – Pool New – Reuters

Les Français s’attendaient à entendre Emmanuel Macron lancer la mise en œuvre d’un troisième confinement. Plutôt que le président de la République, c’est le chef du gouvernement qui, vendredi 29 janvier, a prononcé un discours, à la teneur surprenante. « Ce soir, nous considérons, au regard des chiffres des derniers jours, que nous pouvons encore nous donner une chance » d’« éviter » un troisième confinement, a indiqué Jean Castex dans une brève allocution télévisée, annonçant de nouvelles mesures de restriction sans effet important sur le quotidien de la majeure partie de la population, comme la limitation des entrées de personnes sur le territoire national ou la fermeture des centres commerciaux non alimentaires de plus de 20 000 mètres carrés.

Au-delà ces mesures, l’exécutif appelle les Français au sens civique, ainsi que l’illustre un message diffusé samedi par l’Elysée sur le compte Twitter du chef de l’Etat :

« Impact très lourd pour les Français sur tous les plans »

Le Premier ministre a justifié ce statu quo par « l’impact très lourd pour les Français sur tous les plans » d’un troisième confinement, en référence implicite aux conséquences économiques, sociales, mais aussi psychologiques et sanitaires qu’une telle solution est susceptible d’induire.

Dimanche, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a admis que l’hypothèse d’un troisième confinement reste ouverte. « Le moindre mois, la moindre semaine, le moindre jour de confinement qu’on peut éviter aux Français, il faut qu’on le prenne [...], tant que ça ne met pas en péril notre gestion de l’épidémie et l’hôpital », a déclaré Gabriel Attal au micro de BFMTV.

« L’idée c’est de gagner du temps, de limiter la casse », a souligné le ministre des Solidarités et de la santé, Olivier Véran, dans un entretien au Journal du dimanche.

Selon Olivier Véran, vendredi, « le nombre de nouveaux cas quotidiens avait peu augmenté depuis quatre jours. [...] Et les traces de virus dans les eaux usées, signal indirect, baissent en Île-de-France. Plusieurs semaines après sa généralisation, ça peut signifier que l’effet maximal du couvre-feu se fait sentir ».

L’exécutif peut changer de cap dès cette semaine. Un conseil de défense sanitaire doit être réuni ce mercredi autour d’Emmanuel Macron.

« Le confinement est inéluctable »

Pour certains scientifiques, l’exécutif ne peut que choisir le confinement. « Je crains que nous soyons dans un biais cognitif bien connu de la crise, celui de refuser d’envisager le scénario le plus sévère, a indiqué au Monde Bruno Riou, directeur médical de crise à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour l’épidémie. Je pense que nous allons devoir très vite entamer des déprogrammations » d’interventions non liées au Covid-19. « Le confinement est inéluctable », tranche ce professeur de médecine.

A lire aussi