Radar tronçon : bientôt un nouveau modèle plus redoutable ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© anyaberkut

Après les radars mobiles, les radars tronçons pourraient bientôt être aussi à leur tour renouvelés. D’après le site spécialisé Radars-auto.com,le département du contrôle automatisé (DCA) de la Sécurité routière travaille à l’élaboration d’un nouveau modèle de radar tronçon « encore plus redoutable ».

Un radar tronçon, c’est quoi ?

Déployés depuis 2012, les radars tronçons, également appelés radars vitesse moyenne, calculent la vitesse moyenne de circulation des véhicules sur une portion de route, pouvant aller de 150 mètres à 30 kilomètres. Ils sont constitués de deux bornes situées à l’entrée et à la sortie du segment routier à contrôler, chacune étant équipée d’une caméra afin de recueillir les données des véhicules qui circulent en associant une heure de passage précise à une reconnaissance de la plaque d’immatriculation et une photo du véhicule. Le but est d’inciter les conducteurs à adopter une conduite responsable tout au long de leur trajet.

Mais près de dix ans après leur mise en service, on en compte moins d’une centaine sur l’ensemble du territoire français. Un déploiement limité qui serait dû au coût très élevé du modèle actuellement utilisé. Le Mesta 5 000 Smart est « le plus cher de tous les radars automatiques jamais installés », indique le site Radars-auto.com. « En 2013, leur prix de revient unitaire était en moyenne de 165 000 euros auxquels il faut ajouter près de 19 000 euros de frais de maintenance annuel ».

Bientôt un radar tronçon mobile ?

Aussi, le département du contrôle automatisé (DCA) de la Sécurité routière recherche des fabricants pour concevoir un nouveau radar tronçon. Contrairement au modèle actuel, le futur équipement « devra être déplaçable et installable facilement sur un mât pré-existant avec peut-être même un fonctionnement sur batterie ». Le but est de pouvoir les déplacer régulièrement afin de surprendre les automobilistes, à l’image des radars autonomes.

Aucune date de mise en service n’est pour l’instant fixée, le projet n’étant qu’au stade d’étude. En 2016, le DCA avait déjà imaginé un nouveau modèle de radar tronçon permettant d’avoir de multiples points d’entrée et de sortie, alors que les modèles actuels ne fonctionnent que sur des tronçons simples. Mais cette caractéristique semble finalement avoir été abandonnée au profit de radars tronçons déplaçables.

A lire aussi