Qu’est-ce qu’un hommage national ?

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Un hommage national sera rendu à Jean-Paul Belmondo le jeudi 9 septembre
© Eric Gaillard / Reuters

L’hommage national, ou hommage de la Nation, est une cérémonie officielle décidée par le Président de la République. Destiné pendant longtemps uniquement aux militaires morts pour la France, l’hommage national a distingué plus récemment des personnalités civiles au destin exceptionnel, comme c’est le cas de Jean-Paul Belmondo.

Une cérémonie très protocolaire

L’hommage national, qui est une distinction officielle de la République, doit être inscrit au Journal officiel. La cérémonie est présidée par le Chef de l’Etat, et se déroule toujours aux Invalides (plutôt réservées aux militaires) ou au Panthéon, où le cercueil est recouvert d’un drapeau tricolore. Elle suit un cérémonial très précis, articulé autour du discours et de l’éloge funèbre fait par le Président de la République, qui, le cas échéant, passe également les troupes en revue.

De plus en plus de civils

Historiquement, les hommages nationaux étaient donc réservés aux militaires, et à quelques rares civils justifiant soit d’un passé de résistant, soit d’un haut grade de la Légion d’Honneur. Mais depuis quelques années, le nombre de civils qui ont reçu un hommage national a beaucoup augmenté.

L’une des premières personnalités civiles à recevoir un hommage national a ainsi été le commandant Cousteau, en 1997. Ont suivi certains hommes et femmes politiques (Jacques Chaban-Delmas, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Michel Rocard, Simone Veil), puis, désormais, des personnalités françaises hors pair, ni militaires ni politiques, comme Stéphane Hessel, Jean d’Ormesson, Charles Aznavour, ou, dernièrement, Samuel Paty. En 2015, l’ensemble des victimes des attentats du 13 novembre 2015 a reçu un hommage national, assorti d’un deuil national.

Consultez le guide pratique "Je perds un proche"

Consultez le guide pratique "Je perds un proche"
  • Une « check-list »
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
En savoir plus

Cérémonies nationales : des différences entre hommage, obsèques et deuil

Contrairement à l’hommage national, les obsèques nationales ne suivent pas un cadre officiel précis, même si elles relèvent d’un décret du Président de la République. En cas d’obsèques nationales, les funérailles et l’hommage rendu sont intégralement pris en charge par l’Etat. Elles peuvent se dérouler dans des lieux choisis par les familles, pas nécessairement au Panthéon ou aux Invalides.

Le deuil national, quant à lui, est décrété par le Président de la République, sur un ou plusieurs jours, par exemple à la mort d’un ancien chef d’Etat, pour honorer les victimes de catastrophes naturelles, ou, plus récemment, d’attentats. Le deuil national s’accompagne d’une minute de silence, et les drapeaux sont mis en berne sur tous les édifices publics.

Vidéo : revoir la cérémonie d'hommage national à Jean-Paul Belmondo au son de "Chi Mai", la musique du film "Le Professionnel"

 

 

A lire aussi