Produits végétariens et végans : trop d’eau et d’additifs

Steaks de soja, galettes végétales… De nombreux produits végétariens et végans contiennent beaucoup d’eau et d’additifs et pas assez de protéines végétales, selon l’association de consommateurs CLCV.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© barmalini

Alors que les produits végétariens et végans occupent une place de plus en plus importante dans les rayons des supermarchés, l’association nationale de défense des consommateurs Consommation logement cadre de vie (CLCV) a souhaité savoir ce qu’ils contenaient exactement.

Elle a étudié la composition, le profil nutritionnel et l’origine des ingrédients végétaux de 95 produits, répartis dans trois catégories : les galettes végétales à base de soja, céréales, légumes et légumineuses, les produits panés (nuggets, escalopes, cordons bleus, etc.) et les imitations viande (steak, boulettes, saucisses, haché, tofu, etc.).

Sur les 95 références, 53 sont de marques nationales, les autres sont de marques de distributeurs. Les résultats de l’enquête* ont de quoi surprendre.

L’eau, l’ingrédient majoritaire pour 56 % des produits analysés

Premier constat, plus de la moitié des produits sont principalement composés… d’eau ! En moyenne, les ingrédients d’origine végétale ne représentent que 39 % de la recette (53 % dans les galettes végétales mais seulement 34 % dans les produits panés et 30 % dans ceux imitation viande). Le reste de la recette est composé d’eau, de matières grasses, de sel, d’épices et d’additifs.

Pour une même catégorie de produits, la quantité d’ingrédients d’origine végétale peut être multipliée jusqu’à 5 ! Ainsi, les steaks de soja Sojasun en contiennent 67 %, contre seulement 11,6 % pour les steaks de soja de la marque Herta. Cet écart est toutefois moins flagrant dans les autres catégories.

8 produits sur 10 contiennent au moins un additif

Alors que les produits végétariens jouissent d’une réputation d’aliments sains et naturels, 80 % de ceux passés au crible par l’association contiennent au moins un additif. Les produits imitation viande en comportent en moyenne 1,8, contre 1,7 pour les produits panés et 1,1 pour les galettes végétales. La majorité des additifs utilisés sont des texturants (64 %) et des arômes (23 %). 3 % sont des colorants et 9 % sont des additifs divers (acidifiant, anti-agglomérant, antioxydant).

L’association pointe également un manque de transparence sur l’origine des ingrédients. 18 % seulement des produits indiquent l’origine du ou des ingrédients principaux, souvent le soja, et 26 % le lieu de fabrication, uniquement des références à la France (mention « fabriqué en France » ou un drapeau français).

Une bonne qualité nutritionnelle

Malgré leur composition, les produits étudiés sont plutôt bons d’un point de vue nutritionnel : 60 % ont un Nutri-score A et 23 % un B. Les produits panés sont les moins bien notés : 37 % ont un Nutri-score C ou D. Ce logo nutritionnel est toutefois encore peu présent sur les produits. Seulement 21 % en présentaient un sur leur emballage. Pour les autres, l’association a dû le calculer à partir des valeurs nutritionnelles mentionnées sur le paquet. Aussi, la CLCV appelle les industriels et distributeurs à davantage l’afficher afin de permettre aux consommateurs « une comparaison rapide des qualités nutritionnelles des produits » et réclame également la création d’un label officiel reconnu par l’Etat pour apporter une information fiable et claire.

Le prix n’est pas un gage de qualité

Reste que consommer ces produits végétaux ultra-transformés « n’est pas à la portée de tous les budgets », note l’association. Le kilo de steak végétal est à 13 € contre 10,50 € pour son homologue animal. Et payer plus cher ne garantit pas une meilleure qualité. Les galettes végétales sont moins chères que les deux autres catégories étudiées alors qu’elles présentent un meilleur profil nutritionnel, contiennent moins d’additifs, une quantité plus importante d’ingrédients d’origine végétale et une plus grande proportion d’ingrédients d’origine française.

* L’enquête a été réalisée entre début avril et fin juin 2020 sur les drives de 16 enseignes de la grande distribution (Auchan, Bio c Bon, Biocoop, Carrefour, Casino, Cora, Franprix, Hyper U, Intermarché, La Vie Claire, Leader Price, Leclerc, Lidl, Monoprix, Naturalia et Picard).

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :