Précarité étudiante : quatre solutions pour se nourrir

Repas à 1 euro du Crous, épiceries solidaires, opérations de distribution de denrées alimentaires des associations… Différents dispositifs sont proposés pour venir en aide aux étudiants les plus fragilisés par la crise sanitaire.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© Halfpoint

Privés de petits boulots en raison de la crise sanitaire, de plus en plus d’étudiants tombent dans la précarité et se retrouvent à faire la queue devant des centres de distribution d’aide alimentaire. Que ce soit à Paris, à Orléans, à Bordeaux ou encore à Marseille, les files d’attente s’allongent au fil des semaines. Dans la capitale, ils étaient 500 étudiants, contre 450 la semaine précédente, à patienter sur le trottoir pour bénéficier d’une distribution alimentaire organisée par l’association Linkee dans le 13e arrondissement, comme le montre la vidéo postée sur Twitter par le journaliste du média en ligne Brut, Rémy Buisine.

Deux repas par jour au Crous à 1 euro chacun

Pour tenter de répondre à la détresse des jeunes, le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, a annoncé le 21 janvier dernier l’extension du repas à 1 euro dans les Crous, mis en place pour les étudiants boursiers à la rentrée de septembre dernier, à tous les étudiants pendant toute la durée de la crise sanitaire. Ainsi, depuis le 25 janvier, tous les étudiants, nationaux et internationaux, peuvent bénéficier de deux repas par jour à emporter à 1 €, au lieu de 3,30 €, dans les restaurants et cafétérias des Crous. Chaque repas comprend une entrée, un plat chaud « fait maison » par les équipes de professionnels de la restauration des Crous, et un dessert. « L’offre de repas proposée est résolument engagée envers l’équilibre alimentaire soutenu par des produits de qualité », précise le ministère de l’Enseignement supérieur dans un communiqué. En raison du couvre-feu, il est possible d’acheter les deux repas en même temps. Le paiement s’effectue au choix, avec la carte Izly, par carte bancaire ou en liquide.

Pour en bénéficier, il suffit d’avoir un compte Izly. Pour l’activer, rendez-vous sur www.izly.fr. Si vous en avez déjà un, le nouveau tarif s’applique automatiquement. Au total, les Crous ont ouvert près de 400 points de vente. D’autres pourront ouvrir en fonction des besoins. Pour trouver ceux près de chez vous, consultez la carte interactive mise en ligne sur le site www.etudiant.gouv.fr.

Les gestes des enseignes de la grande distribution

Plusieurs enseignes de la grande distribution ont également décidé de se mobiliser pour venir en aide aux étudiants. Jusqu’au 8 février, Intermarché offre des bons d’achat de 10 € aux étudiants à partir de 20 € de dépenses. Pour en bénéficier, il faut avoir une carte de fidélité du magasin et présenter sa carte étudiante.

De son côté, le patron des centres Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, a annoncé jeudi 4 février sur BFM le lancement prochain d’un panier-repas à moins de 2 euros pour les étudiants. Il devrait être proposé à partir de fin février.

Les épiceries solidaires AGORAé

Les étudiants peuvent également se tourner vers les épiceries solidaires pour profiter de produits alimentaires ou d’hygiène vendus entre 10 % et 20 % du prix du marché. Depuis 2011, la Fédération des associations générales étudiantes (Fage) a développé les épiceries AGORAé, ouvertes aux étudiants sous condition de ressources. Aujourd’hui, le réseau en compte 24 réparties en France. Pour voir si une épicerie a ouverte près de chez vous, consultez la carte interactive sur le site de la Fage.

Les opérations des associations

Localement, les associations, comme le Secours populaire, les Restos du Cœur ou encore l’association Linkee à Paris, organisent des dispositifs d’aide alimentaire gratuits (distribution de paniers-repas, épiceries solidaires). Retrouvez les opérations organisées à Lyon, Paris et Strasbourg.

Partager cet article :