Précarité étudiante : bientôt la création d’un ticket restaurant étudiant ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Bobex-73

Alors que les étudiants sont appelés à manifester ce mardi 16 mars dans plusieurs villes de France pour réclamer un plan d’urgence contre leur situation précaire, le sénateur centriste,  Pierre-Antoine Levi, a déposé une proposition de loi, cosignée par 79 sénateurs de différents  bords, pour créer un ticket restaurant étudiant.

Semblable au titre-restaurant des salariés, le ticket-resto serait acheté auprès du Crous au tarif social étudiant (3,30 euros) mais vaudrait le double, soit 6,60 euros. Comme au restaurant universitaire, l’étudiant paierait une partie et l’Etat complèterait. Il pourrait être utilisé pour payer tout ou partie d’un repas dans un restaurant ou faire ses courses auprès d’une personne ou d’un organisme ayant signé une convention avec le Crous. Tous les étudiants, qu’ils soient boursiers ou non, dans une grande ville universitaire ou dans une délocalisation, pourraient en bénéficier. Les conditions d’utilisation et de remboursement seraient définies par décret.

Réduire les dépenses alimentaires des étudiants

« L'objectif de ce dispositif social est de permettre aux étudiants de réduire les dépenses alimentaires tout en leur donnant la possibilité de faire leurs courses à moindre coût », expliquent les auteurs de la proposition de loi dans l’exposé des motifs. « Ces tickets permettront [également] de créer un cercle vertueux avec les acteurs locaux de la restauration qui en auront particulièrement besoin au moment de leur reprise d'activité ».

Depuis l’été dernier, le gouvernement a pris plusieurs mesures pour lutter contre les difficultés financières des étudiants. Après avoir annoncé en juillet dernier la mise en place de repas à 1 euro dans les restaurants universitaires pour les boursiers, il a étendu en janvier la mesure à l’ensemble des étudiants, pour deux repas par jour. Si les sénateurs saluent « une bonne intention », ils relèvent que de nombreux étudiants, éloignés des grands campus et centres-villes, en demeurent exclus. Avec la mise en place d’un ticket-restaurant, tous les étudiants, quel que soit leur lieu d’étude et leur statut, « pourraient se restaurer à tarif social, chaque jour et toute l’année ».

La proposition de loi pourrait être examinée par le Sénat dans le cadre d’une « niche » parlementaire réservée au groupe centriste. La prochaine est prévue en juin.

A lire aussi