Pourquoi Emmanuel Macron s’exprime dimanche

Deux mois après sa dernière allocution depuis l’Elysée, le président de la République doit prononcer un discours télévisé le 14 juin.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Emmanuel Macron
Emmanuel Macron le 26 mai, dans une usine du groupe Valeo à Etaples (Hauts-de-France). © Ludovic Marin – Pool New – Reuters

Les mots du chef de l’Etat seront écoutés par des millions de personnes. Emmanuel Macron doit prononcer un discours diffusé dimanche 14 juin à 20 heures à la télévision, notamment sur TF1 et sur France 2, et à la radio, sa première allocution depuis la sortie du confinement, qui a débuté le 11 mai. Fréquente dans les premiers temps de la crise sanitaire, la parole du président de la République au travers de discours solennels à l’Elysée s’est raréfiée. Il a annoncé le 12 mars la fermeture des établissements scolaires, le 16 mars le confinement du pays, le 13 avril la levée du confinement et la réouverture des écoles. Alternant conseils pratiques sur le lavage des mains le 12 mars et propos martiaux sur la « guerre » revendiquée du pays contre le Covid-19 le 16, le chef de l’Etat a cherché à rassembler la nation et à limiter la propagation de la pandémie.

Emmanuel Macron a laissé à Edouard Philippe, et à d’autres membres du gouvernement, le soin de détailler les modalités de sortie du confinement, au Parlement et dans de longues conférences de presse, les 7 et 28 mai. Ce silence n’a pas profité au président de la République, dont la popularité est inférieure à celle du Premier ministre, à en croire les sondages.

S’il ne s’exprimait pas ce dimanche, le chef de l’Etat devrait attendre au moins quinze jours pour prononcer un discours depuis l’Elysée. La campagne pour le second tour des élections municipales commence le 15 juin, trois mois après le premier tour, dont le maintien à la mi-mars est reproché à l’exécutif. Les résultats risquent d’être globalement négatifs pour le parti majoritaire, La République en marche.

Ce vendredi, en vue de son « adresse aux Français », selon le vocabulaire élyséen, Emmanuel Macron réunit un conseil de défense et s’entretient avec les membres du conseil scientifique, qui éclaire les décisions de l’exécutif dans la crise.

« L’expression de dimanche sera l’occasion pour le président de la République d’une mise en perspective de la crise et d’une pédagogie des mesures prises par le gouvernement pour y faire face », a fait savoir mercredi l’Elysée à LCI.

Nouvelle étape du déconfinement

D’après BFMTV, le chef de l’Etat va évoquer la nouvelle étape du déconfinement, à compter du 22 juin, à l’occasion de laquelle doivent notamment rouvrir les cinémas. Il est aussi susceptible d’aborder les sujets des écoles, des vacances et de la réouverture des frontières, précise la chaîne d’information en continu, employant le conditionnel.

Mesures économiques et sociales

L’Elysée a expliqué à LCI que le volet « économique et social » du déconfinement sera un point important du discours. Le gouvernement anticipe une chute de 11 % du produit intérieur brut (PIB) en 2020. Cette récession va entraîner la perte de « 800 000 emplois » dans le pays « les mois prochains », a souligné mercredi, devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale, Bruno Le Maire, cité par l’Agence France-Presse (AFP). Un nombre représentant « 2,8 % de l’emploi total », a précisé le ministre de l’Economie et des finances.

« Le taux de chômage pourrait connaître un pic supérieur à 11,5 % mi-2021, prévoit la Banque de France dans une étude publiée mardi. Il diminuerait ensuite progressivement en dessous de 10 % » à la fin de l’année suivante.

« L’économie française est en train de remonter, assez rapidement, du plongeon brutal de mars », a constaté ce jour le gouverneur de la banque centrale, François Villeroy de Galhau, notant que « nous sommes loin d’être sortis d’affaire ».

« On retrouverait le niveau d’activité d’avant la crise complètement à la mi-2022 », estime François Villeroy de Galhau, interrogé par France Info. Le quinquennat est voué à s’achever dans le marasme économique.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :