Pompes funèbres : les tarifs des obsèques sont de plus en plus élevés

En cinq ans, les tarifs pour une inhumation ont augmenté de 14 % et ceux pour une crémation de 10 %, selon une enquête de l’UFC-Que Choisir. Des prix qui varient fortement d’un établissement à l’autre.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© ti-ja

Les tarifs des inhumations et des crémations n’ont eu de cesse d’augmenter depuis 2014, comme le démontre une enquête de l’UFC-Que Choisir menée au printemps 2019 auprès de 664 magasins de pompes funèbres situés dans 72 départements.

De 1 269 € à 7 515 € pour une inhumation

Au niveau national, le prix des obsèques pour une inhumation - hors caveau et concession - a augmenté de 14 % en cinq ans, passant de 3 350 € à 3 815 €. Une moyenne qui cache de grandes disparités : la proposition la plus économe se monte à 1 269 € et celle la plus élevée à 7 515 €. Le tarif de certaines prestations standardisées peut parfois varier du simple à plus du décuple ! Par exemple, la mise en bière peut être facturée de 30 € à 450 € et l’ouverture et la fermeture du caveau de 95 € à 880 €. Idem pour le cercueil : pour une même demande d’un cercueil en chêne simple, les prix proposés vont de 490 € à 1 576 €.

De 1 362 € à 7 918 € pour une crémation

Et contrairement à une idée reçue, le prix d’une crémation n’est pas toujours moins cher. Il s’élève en moyenne à 3 986 €, soit 377 € de plus par rapport à 2014. Là encore, les tarifs varient d’un établissement à l’autre, allant de 1 362 € à 7 918 €. La hausse du coût global de la crémation s’explique notamment par le crématorium, facturé en moyenne à 693 € (+ 16 % en cinq ans). Cette forte augmentation pourrait être liée à l’entrée en vigueur en 2018 d’une nouvelle norme concernant le traitement des fumées.

65 % des devis ne respectent pas la réglementation

Outre la hausse des tarifs, l’UFC-Que Choisir pointe un manque de transparence des entreprises de pompes funèbres. Alors qu’il est obligatoire de remettre gratuitement un devis écrit, détaillé et chiffré, 22 % des professionnels rencontrés ne l’ont pas fait. Et lorsqu’un devis est remis, dans 65 % des cas, il n’est pas conforme au devis-type obligatoire.

L’association met en demeure 470 sociétés de pompes funèbres de se conformer à la réglementation et enjoint les pouvoirs publics à mettre en place des sanctions pécuniaires dissuasives et à simplifier le devis-type.

A lire aussi

Partager cet article :