Permis de conduire : bientôt la fin du retrait de point pour les petits excès de vitesse ?

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
x-drew

C’est une mesure qui pourrait réjouir des millions de Français. Le ministère de l’Intérieur est en train de réfléchir à supprimer le retrait d’un point sur le permis de conduire pour les petits excès de vitesse.

« L’idée, c’est que vous ne perdiez plus un point si vous êtes à 5 km au-dessus », a indiqué une source de la place Beauvau à l’AFP mercredi 25 mai. En revanche, l’amende forfaitaire, qui s’élève à 68 euros pour un excès de vitesse inférieur à 20 km/h (avec vitesse maximale autorisée supérieure à 50 km/h) et 135 euros pour un excès de vitesse de 20 à 49 km/h, sera toujours maintenue.

10 millions de points de permis retirés pour excès de vitesse mineurs

Si la mesure n’est encore qu’au stade de projet, elle concerne des millions d’infractions. En 2020 en France, « plus de 7,2 millions d’avis de contravention ont été envoyés pour des excès de vitesse allant de 1 à 5 km/h » (et après prise en compte de la marge technique du radar, ndr), a indiqué le ministère de l’Intérieur le 28 avril dernier, en réponse à une question de la sénatrice LR du Var Françoise Dumont. Cela représente 58 % des PV pour excès de vitesse, soit près de 6 infractions sur 10.

Et l'année du confinement n'était évidemment pas la plus prolifique. En 2017, le nombre de contraventions avait frôlé les 10 millions. 

La nouvelle divise les associations

Pour l’association 40 Millions d’automobilistes, qui milite depuis des années pour cet assouplissement, cette mesure « serait une véritable victoire pour les automobilistes ». Elle « marquerait une réelle rupture dans la politique de sécurité routière avec le premier mandat d’Emmanuel Macron à l’origine du 80 km/h et de la multiplication effrénée de tous types de radars », déclare-t-elle dans un communiqué. Mais si « l’Etat veut casser cette image de "radar pompe à fric" », elle considère qu’il doit aller plus loin et « supprimer également la sanction pécuniaire ».

Du côté des associations de prévention routière, la nouvelle est, au contraire, considérée comme une très mauvaise idée. La piste envisagée par le ministère est « regrettable », a commenté auprès de l’AFP Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière. Un avis partagé par la déléguée générale de l’association Prévention routière, Anne Lavaud.« Parler de petit excès de vitesse est d’ailleurs un abus de langage. Si une limitation est imposée, c’est qu’elle répond à un besoin de sécurité », déclare-t-elle au Figaro. Plutôt que la suppression du retrait de point, l’association Prévention routière préférerait que l’amende soit remplacée par un stage de formation.

Sujets associés

POUR ALLER PLUS LOIN