Permis à 1 euro par jour : le dispositif est réservé aux écoles labellisées

A partir du 1er janvier 2020, les jeunes de 18 à 25 ans qui souhaitent bénéficier du permis à 1 euro par jour devront se tourner vers les écoles de conduite et associations disposant du label « qualité des formations ».

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture

Mis en place par l’Etat, le « permis à 1 euro par jour » permet aux jeunes âgés de 15 à 25 ans révolus de financer leurs préparations au permis de conduire de catégorie B, A1 et A2. Il s’agit d’un prêt à taux zéro d’un montant de 600, 800, 1000 ou 1 200 € (sous réserve qu’il n’excède pas le montant inscrit dans le contrat de formation) pour une formation initiale et de 300 € pour une formation complémentaire en cas d’échec à l’épreuve pratique. Il ne peut être attribué qu’une seule fois à un même bénéficiaire et pour une même catégorie de permis. Le remboursement s’effectue par mensualités de 30 € maximum sur une période de 20 à 40 mois.

A partir du 1er janvier 2020, les candidats qui souhaitent en bénéficier devront se tourner vers les écoles de conduite et les associations disposant du label « qualité des formations au sein des écoles de conduite », prévoient un décret et un arrêté publiés le 20 novembre au Journal officiel. Toutefois, les conventions conclues avec l’Etat par les établissements d’enseignement agréés qui visent à faciliter l’insertion ou la réinsertion sociale ou professionnelle continuent jusqu’au 1er mars 2020.

Pour reconnaître un établissement labellisé, il suffit de regarder si le label est affiché sur sa devanture, son site internet ou ses véhicules. Vous pouvez également consulter la liste des écoles de conduite labellisées.

Les conditions de souscription

Les candidats à la formation ou leur représentant légal doivent se rendre auprès d’un établissement financier partenaire munis d’un contrat de formation signé avec une des écoles de conduite ou associations labellisées. L’établissement financier peut exiger une personne caution ou un co-emprunteur. Si le jeune est mineur, ce sont les parents qui doivent emprunter. Une fois le prêt accordé, son montant est versé en une, deux ou trois fois à l’école de conduite ou à l’association agréée.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :