Pass sanitaire pour prendre le train : les modalités du contrôle

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Gare, Nantes, voyageurs
© Estelle Ruiz / Hans Lucas via Reuters Connect

En plein été, l’obligation de détenir un pass sanitaire est entrée en vigueur pour les usagers de nombreux trains. Depuis lundi 9 août, vous devez être muni d’un pass, sous format papier ou digital, pour emprunter un TGV Inoui, un Intercités à réservation obligatoire, un Ouigo ou un train international longue distance au départ de la France. L’obligation n’est pas mise en œuvre pour les TER, les RER et les Transiliens, l’article 1er de la loi du 5 août relative à la gestion de la crise sanitaire imposant le pass pour les trajets « de longue distance par transports publics interrégionaux ». Cette mesure doit encourager à la vaccination contre le Covid-19.

Les usagers de plus de 18 ans doivent être titulaires d’un pass sanitaire. Dès le 30 septembre, les voyageurs de 12 à 17 ans inclus seront également visés par l’obligation.

Interrogé ce lundi par France Inter, le ministre délégué chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari a qualifié de « massifs » les « contrôles ». Ces derniers « ne seront pas systématiques car nous avons 400 000 voyageurs par jours, mais ils seront massifs », a fait savoir Jean-Baptiste Djebbari.

Selon lui, « nous avons une semaine de rodage, de pédagogie et de souplesse », des verbalisations étant déjà possibles. Les personnes dépourvues du pass risquent d’être redevables d’une amende de 135 €. Le ministre s’est dit « extrêmement confiant sur le fait que ça se passe bien ».

Les personnes vérifiant la détention du pass sanitaire

Les vérifications sont assurées par des agents de la SNCF, soit notamment des « agents de d’escale », des « chefs de bord » ou des « agents de la Sûreté ferroviaire », des « volontaires de l’information » ou des « prestataires externes », tous susceptibles de « bénéficier de l’appui des forces de l’ordre », indique le site SNCF.com.

Dans les trains, les contrôles peuvent être menés « par des équipes spécifiques composées de chefs de bord accompagnées de la Sûreté ferroviaire ou des forces de l’ordre ».

Lundi matin, à la gare de Lyon, des personnes vêtues d’un gilet bleu contrôlaient la détention du pass. Dans cette gare parisienne, ils fournissaient un bracelet en papier bleu au poignet des personnes munies du sésame, rapporte l’Agence France-Presse (AFP).

À compter du mois de septembre, un dispositif de pré-enregistrement en ligne du pass sanitaire, au moment de l’achat des billets, va également être mis en place, d’après Jean-Baptiste Djebbari.

Les trois moyens d’obtenir un pass sanitaire

Vous pouvez télécharger le document si vous possédez :

  • une attestation de vaccination, pour les personnes disposant d’un schéma vaccinal complet ;
  • la preuve d’un test négatif RT-PCR ou antigénique ou d’un autotest, mené sous la supervision d’un professionnel de santé, datant de 72 heures au plus ;
  • le résultat d’un test RT-PCR ou antigénique positif attestant du rétablissement du Covid, datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois.
A lire aussi