Où allez-vous pouvoir partir en vacances  ?

Les séjours à proximité du domicile seront possibles après le confinement, décidé pour limiter la propagation du Covid-19. Mais l’exécutif n’est pas certain de pouvoir autoriser les déplacements dans un rayon supérieur à 100 kilomètres dès cet été.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Les restrictions de déplacement sont susceptibles d’être encore en vigueur cet été.

La levée du confinement, imposé à compter du 17 mars pour lutter contre la propagation du coronavirus, doit débuter le 11 mai. Les Français auront dans cette hypothèse le droit de prendre des vacances cet été. Mais ils ne pourront pas forcément accomplir à plus de 100 kilomètres de chez eux ce qui constitue un rituel national depuis l’instauration des congés payés en 1936.

« Aujourd’hui, je ne peux pas dire à nos concitoyens : “Prenez tranquillement une location à l’autre bout de la France [...] et soyez tranquilles, vous pourrez y aller“ », a admis mercredi 29 avril sur RTL la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, qui s’est attirée les critiques de professionnels du tourisme.

Dans son discours devant l’Assemblée nationale, Edouard Philippe avait annoncé mardi le maintien à partir du 11 mai, date de la sortie du confinement, d’une interdiction de principe des déplacements au-delà d’un rayon de 100 kilomètres par rapport au domicile, sauf « pour un motif impérieux, familial ou professionnel ». Cette mesure s’appliquera au moins jusqu’au 1er juin inclus.

Le 7 avril déjà, sur France Info, le secrétaire d’Etat chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebarri avait recommandé « la plus grande prudence sur la préparation » des voyages pour l’été.

Le risque d’un rebond

Si l’exécutif a conscience que le confinement a mis à l’épreuve la population et engendré une chute de l’activité économique, il redoute un rebond de l’épidémie, qui a fait 24 121 morts dans le pays, indique jeudi vers 17 heures l’université américaine Johns Hopkins dans ses données en ligne. 

Il a repoussé à une date indéterminée la réouverture des bars, des restaurants et des hôtels. D’après Edouard Philippe, les parcs et les jardins rouvriront seulement « dans les départements où le virus ne circule pas de façon active », verts dans la future classification, tandis que « les plages resteront inaccessibles au public au moins jusqu’au 1er juin ».

« Rendez-vous est pris pour la fin mai, afin de donner des perspectives aux professionnels du tourisme, aux restaurateurs, au secteur des loisirs », a expliqué mercredi lors des questions au gouvernement Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères. « À ce moment-là, nous pourrons donner des perspectives claires », a-t-il dit à l’Assemblée nationale.

« Chèques-vacances »

Mais « dans un premier temps », la reprise du tourisme concernera « une clientèle [...] d’ultra-proximité », a souligné Jean-Baptiste Lemoyne.

Le gouvernement et la majorité envisagent différentes pistes pour soutenir le secteur et encourager les départs en France plutôt qu’à l’étranger, notamment via le système des « chèques-vacances ».

L’offre de transports en commun va progressivement remonter en puissance, mais le respect des gestes barrières et les craintes de contamination chez les vacanciers vont restreindre le nombre de trajets par ce biais durant l’été.

Partager cet article :