Objets connectés : l’affichage du débit d’absorption spécifique sera bientôt obligatoire

A compter du 1er juillet 2020, le débit d’absorption spécifique (DAS) devra être affiché de façon visible et lisible dans les lieux de vente à proximité des tablettes, montres connectées, jouets télécommandées et autres équipements radioélectriques ainsi que dans les publicités.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
© damircudic

L’exposition aux ondes électromagnétiques ne se limite pas à l’utilisation des téléphones portables. Afin de mieux informer les utilisateurs, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, ont ainsi annoncé l’extension de l’obligation d’information du consommateur du débit d’absorption spécifique (DAS) à tous les équipements radioélectriques ayant vocation à être utilisés près du corps.

L’obligation d’affichage, qui s’appliquera à partir du 1er juillet 2020, couvrira tous les appareils « dont la puissance d’émission est supérieure à 20 mW et dont il est raisonnablement prévisible qu’ils seront utilisés à une distance n’excédant pas 20 cm de la tête ou d’une autre partie du corps humain », précise un décret paru le 17 novembre au Journal officiel. En plus des smartphones, la mesure concernera les tablettes, les jouets radiocommandés, certaines montres connectées, etc. Si, pour ces équipements, la règlementation impose déjà de mesurer le DAS, l’obligation d’affichage s’applique uniquement aux téléphones portables.

Le DAS « membres » devra être affiché

Les valeurs du DAS devront figurer à proximité immédiate des appareils sur les lieux de vente, ou de distribution à titre gratuit ainsi que dans toute publicité. Outre le DAS « tête » et « tronc » qui ne doivent pas excéder 2 W/kg (watt par kilogramme), les constructeurs devront également fournir le DAS « membres » qui, lui, ne doit pas dépasser 4 W/kg.

Par des contrôles réguliers, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et l’Agence nationale des fréquences (ANFR) s’assureront du respect de cette réglementation.

Partager cet article :