Motards trop bruyants : un nouveau radar anti-bruit bientôt testé dans 8 villes

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© vtwinpixel

Est-ce bientôt la fin des motos trop bruyantes sur les routes de France ? Afin de lutter contre les nuisances sonores dues à la circulation, un nouveau type de radar, capable d’enregistrer et de quantifier le bruit émis par les véhicules va être expérimenté cet automne dans huit villes.

En quoi consiste ce radar anti-bruit ?

Surnommé « Méduse » en raison de son capteur en forme d’araignée, ce radar a été développé par Bruitparif, une association qui lutte contre les nuisances sonores en Ile-de-France. Placé en haut d’un mât, il est équipé d’une antenne acoustique composée de quatre micros installés en triangle, dont un au milieu, qui lui permettent de détecter les ondes sonores plusieurs fois par seconde et de reconstituer la direction du bruit dominant. Il dispose aussi d’une caméra 360 degrés afin de visualiser la provenance du bruit.

Selon l’association Bruitparif, ce radar est capable « d'identifier et sanctionner les engins excessivement bruyants du fait d’une conduite en surrégime, d’une vitesse excessive, d’un débridage, de l’utilisation d’un pot d’échappement non homologué, modifié ou dont la chicane a été enlevée sur les motos ».

© L'association Bruitparif

Où vont être installés les radars Méduse ?

Huit villes se sont portées volontaires pour expérimenter le radar Méduse à partir de cet automne :

  • Paris,
  • Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine),
  • Saint-Lambert (Yvelines),
  • Saint-Forget (Yvelines),
  • Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne),
  • Bron (Rhône),
  • Toulouse (Haute-Garonne),
  • et Nice (Alpes-Maritimes).

Ces tests s’inscrivent dans le cadre de la loi d’Orientation des mobilités du 24 décembre 2019 qui autorise l’expérimentation des radars acoustiques pendant deux ans. En juillet 2019, un premier radar « Méduse » avait déjà été installé à Saint-Forget dans les Yvelines pour une phase de test au bord de la route des 17-Tournants, une départementale qui sert de piste de course aux motards.

Ces radars vont-ils verbaliser ?

Il n’y aura pas de verbalisation des motards trop bruyants avant 2022, le temps que le radar soit totalement opérationnel. Le lecteur de plaques minéralogiques n’a pas encore été installé sur le radar et « un seuil maximum de décibels sera fixé par décret pour déterminer à quel niveau il convient de sanctionner un conducteur qui fait trop de bruit », a expliqué Fanny Mietlickui, la directrice de Bruitparif au Parisien.

A lire aussi