Les tarifs réglementés de l’électricité vont augmenter de 2,4 % le 1er février

Le gouvernement d’Édouard Philippe a décidé d’appliquer dès le mois prochain la hausse que recommande la Commission de régulation de l’énergie.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Les tarifs réglementés de l’électricité vont progresser de 2,4 % le 1er février.
Les tarifs réglementés de l’électricité vont progresser de 2,4 % le 1er février. © lovelyday12

Les tarifs réglementés de l’électricité vont progresser en moyenne de 2,4 % le 1er février. Le gouvernement d’Édouard Philippe compte mettre en œuvre une recommandation de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). L’autorité administrative indépendante préconise une hausse des « tarifs bleus » applicables à tous les particuliers ainsi qu’aux professionnels ayant une faible consommation, indique la CRE dans une décision consultée par l’Agence France-Presse (AFP).

« Compte tenu de l’évolution modérée du tarif, et afin d’éviter d’engendrer de nouveaux rattrapages, il est prévu que le nouveau tarif entre en vigueur au 1er février », a fait savoir mercredi 22 janvier à l’AFP le ministère de la Transition écologique et solidaire, qui avait le choix de repousser la mise en œuvre trois mois plus tard.

Le gouvernement avait gelé le barème durant le début de l’année 2019, une mesure prise pour apaiser la colère des « gilets jaunes ». Les tarifs réglementés de l’électricité avaient à nouveau progressé le 1er juin, à hauteur de 5,9 %, puis crû de 1,3 % le 1er août.

25 millions d’habitations

Selon la CRE, au 31 décembre 2018, 25 millions de logements et 3 millions d’entreprises avaient un abonnement aux tarifs réglementés.

Ces derniers sont pratiqués par EDF et des entreprises locales de distribution (ELD). EDF et certaines ELD proposent également des offres de marché, c’est-à-dire aux tarifs fixés librement. Les autres fournisseurs, dits alternatifs, commercialisent seulement des offres de marché. 

Les prix de certaines offres de marché sont indexés sur l’évolution des tarifs réglementés. D’autres offres de marché sont à prix fixe : les prix sont bloqués pour une durée de 1 an, 2 ans ou 3 ans, explique le Médiateur de l’énergie sur son site.

Pour comparer les fournisseurs, vous pouvez utiliser le comparateur en ligne de cette institution.

Partager cet article :