Les stations-essence vont bientôt afficher le prix du carburant aux 100 km

Elles ont la possibilité d’indiquer aux clients le montant moyen d’une centaine de kilomètres suivant le type de carburant utilisé, un moyen d’encourager l’achat des véhicules les moins polluants.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Carburant
© South_agency

Est-il moins cher de parcourir 100 kilomètres en essence ou en diesel ? en roulant à l’électricité ou à l’hydrogène ? Issue d’une directive et d’un règlement de l’Union européenne, une réforme entrée en vigueur le 7 décembre 2020 en France comme dans le reste de l’UE, permet aux stations de carburant d’afficher le coût moyen d’une centaine de kilomètres.

« On ne peut pas compter l’électricité en litres, et en moyenne, un litre d’essence ne permet pas de parcourir la même distance qu’un litre de diesel », explique sur son site le ministère de la Transition écologique.

Le développement de nouveaux carburants tels que l’électricité, le gaz naturel et l’hydrogène peut vous pousser à vous interroger quant au choix de la motorisation. « Le nouvel indicateur tient compte du prix moyen des différents carburants et de la consommation des modèles les plus vendus », précise le ministère. La mesure doit aider les conducteurs à faire « un choix informé lors du renouvellement d’un véhicule » et les inciter à acquérir des véhicules considérés comme les moins polluants.

L’électricité, carburant le moins cher pour 100 kilomètres

L’électricité est le carburant le moins cher. Dans un document (à télécharger ici), le ministère de la Transition écologique compare le coût que présente toutes taxes comprises (TTC) l’usage sur 100 kilomètres des véhicules particuliers neufs les plus vendus en 2019 :

  • 2,9 € pour l’électricité (pour un chargement à domicile, en tenant compte des prix de marché en juillet, août et septembre 2020, le chargement en voirie étant en général plus onéreux) ;
  • 6,3 € pour le gazole B7 (coût estimé à partir des prix moyens pratiqués en métropole sur le troisième trimestre de l’année 2020) ;
  • 6,7 € pour le gaz naturel comprimé (mêmes modalités d’estimation) ;
  • 7,1 € pour le GPL-c (mêmes modalités d’estimation) ;
  • 8,4 € pour l’essence E-10 (mêmes modalités d’estimation) ;
  • 11,3 € pour l’hydrogène (prix de marché sur l’année).

Pour chaque carburant, le prix affiché est calculé à partir de la moyenne des consommations des trois véhicules les plus vendus pour ce carburant l’année précédant l’affichage. La moyenne est pondérée aux ventes des trois véhicules concernés. « La consommation est ensuite multipliée par le prix moyen du carburant sur les trois mois précédant le renouvellement des affiches », détaille le ministère.

Le dispositif omet les pollutions induites par les carburants, découlant des émissions de CO2 ou non. Ainsi, la production d’électricité et la fabrication des batteries nécessaires au fonctionnement des véhicules électriques et hybrides sont des facteurs de pollution et de dégradation de l’environnement.

Partager cet article :