Les soldes d’été vont commencer le 15 juillet

C’est ce qu’a annoncé mardi le ministre de l’Economie et des finances, Bruno Le Maire, « pour tenir compte de la situation des petits commerçants ».

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Soldes
Les soldes doivent commencer le 15 juillet. © pixelfit

Vous souhaitez acheter des vêtements à bas prix, alors que les boutiques physiques ont dû fermer durant le confinement ? Les soldes d’été, susceptibles de vous permettre de faire de bonnes affaires, vont débuter le 15 juillet pour une durée de « quatre semaines », a annoncé mardi 2 juin sur RTL le ministre de l’Economie et des finances, Bruno Le Maire.

Ils devaient initialement avoir lieu du 24 juin au 21 juillet, des dates spécifiques étant prévues pour quatre départements du sud de la France métropolitaine (Alpes-Maritimes, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Pyrénées-Orientales) et une partie de l’outre-mer.

« J’ai tenu à reporter la date des soldes pour tenir compte de la situation des petits commerçants », a expliqué Bruno Le Maire.

Les magasins indépendants cherchent à « reconstituer leur trésorerie » avant le début des soldes.

« Je sais que ça peut poser des difficultés pour d’autres grandes enseignes, mais je pense qu'il est légitime de soutenir dans ces moments très particuliers ceux qui sont les plus faibles, ceux qui ont les trésoreries les plus menacées », a ajouté le ministre de l’Economie et des finances.

Satisfaction des commerçants indépendants

Même si elle réclamait que la date de début soit fixée entre le 22 et le 29 juillet, la Confédération des commerçants de France (CDF), qui regroupe des organisations de commerçants indépendants, indique « être plutôt satisfait » de la date retenue.

« Le ministre nous a toujours soutenus, il nous a entendus, et nous le remercions pour cette avancée. Mais il n’y aura pas un réel entrain des consommateurs », souligne auprès de Dossier Familial la CDF, craignant que les promotions déjà pratiquées par les grandes enseignes retirent tout intérêt à se rendre dans les commerces indépendants durant les soldes.

La Confédération, présidée par le médiatique Francis Palombi, a mené une intense campagne en faveur du report des soldes. Elle a échangé avec différentes associations agréées de consommateurs pour obtenir leur soutien.

« Nous les avons contactées, effectivement, pour demander une solidarité aux consommateurs, mais nous n’avons pas obtenu de réponse », confirme la CEF.

Selon nos informations, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a la semaine dernière consulté des associations de consommateurs pour connaître leur avis sur le report des soldes.

La possibilité de la vente à perte

Durant les périodes de soldes d’été et d’hiver, les commerçants ont le droit de procéder « à l’écoulement accéléré de marchandises en stock » (article L. 310-3 du Code de commerce).

Les soldes peuvent durer entre trois et six semaines, les dates et heures de fin étant fixées par un arrêté du ministre chargé de l’économie, précise le même texte.

Les commerçants ont le droit de pratiquer la vente à perte durant les soldes, interdite sauf exceptions en dehors (article L. 442-5). Cette faculté permet de se défaire d’un produit pour un montant inférieur à son prix d’achat effectif.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :