Les restaurants et salles de sport vont-ils rouvrir grâce à TousAntiCovid ?

Et si la technologie permettait une réouverture précoce des bars, restaurants et autres salles de sport, fermées au mois d’octobre ? C’est un scénario sur lequel planche le gouvernement par le biais de l’application TousAntiCovid.  

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Quand les restaurants vont-ils rouvrir ? Peut-être plus vite que prévu
© Photologica / iStock

Se régaler d'un steak frites à la pause déjeuner, suer à grosses gouttes sur un tapis de course dernier cri, boire un dernier verre en terrasse avant de rentrer… Ces petits plaisirs simples, les Français en sont privés depuis l’automne dernier. La faute aux lourdes conséquences de la crise sanitaire qui rendent impossible l’ouverture des bars, des restaurants et autres salles de sport. Du moins de l’avis du gouvernement.

Mais, alors que le printemps se dessine, l’exécutif planche déjà sur la réouverture de ces lieux de vie. Selon les informations de la chaîne LCI, les autorités travaillent activement à une mise à jour de la désormais célèbre application TousAntiCovid, arme numérique dégainée non sans mal pour tenter de contrôler la circulation du virus sur le territoire.

Alors que plus de 13 millions de Français possèdent déjà l’application sur leur smartphone, la dernière mise à jour dans les cartons devrait intégrer une nouvelle fonctionnalité destinée aux restaurants et aux salles de sport dans la perspective d’une réouverture prochaine.

Un QR code et un système d’alerte

Toujours selon la chaîne d’information, dans un avenir que l’on espère le plus proche possible, les futurs clients d’un restaurant ou d’une salle de sport pourraient devoir scanner un QR code via TousAntiCovid avant d’y pénétrer.

De cette façon, chacun pourra immédiatement être alerté si l’un des autres clients présents au même moment est testé positif au Covid-19 et ainsi s’isoler et se faire tester dans la foulée.

Par ailleurs, des niveaux d’alerte – orange et rouge – sont en cours d’élaboration. Ceux-ci se baseront sur plusieurs critères pour être déclenchés, notamment en fonction de la taille de l’établissement. Concrètement, dans le cas d’un petit restaurant où un cas est détecté, l’ensemble des clients présents ce jour-là sur la même plage horaire seront alertés. Dans le cas d’un plus grand restaurant, une partie seulement seront concernés. Les autres recevront une simple alerte sans pour autant être considérés comme « cas contact » par l’Assurance-maladie.

Des discussions sont en cours avec les autorités sanitaires pour évaluer tous les critères à prendre en compte ainsi que leur mise en application. Un décret serait à l’étude du côté du gouvernement pour cadrer légalement ce nouveau dispositif. Concernant les professionnels concernés, ceux-ci ne cachent pas leur enthousiasme.  

Selon BFMTV, cette nouvelle organisation basée sur l’application TousAntiCovid pourrait également s’appliquer aux lieux culturels comme les cinémas, les théâtres ou encore les musées.

Des restaurants et salles de sport déjà ouverts

Certains établissements résistent aux consignes sanitaires, et ce légalement. Depuis plusieurs semaines, des restaurants routiers de bords de route sont déjà accessibles aux routiers sur dérogation préfectorale. Dans le Rhône, les restaurants ont été autorisés à ouvrir leurs portes pour permettre aux ouvriers du bâtiment d’y déjeuner. Des ouvertures légales, donc, et organisées en concertation avec les autorités administratives tandis que les restaurants clandestins sont aussi légions dans l’Hexagone et font l’objet de multiples contrôles de police et de gendarmerie.

Enfin, concernant les salles de sport, sachez qu’elles sont toujours accessibles à une clientèle bénéficiant d’une dérogation délivrée par un médecin. Une brèche légale qui profite à de nombreux adhérents de certains clubs comme le racontait Le Parisien, à la fin du mois de janvier.

Partager cet article :