Les pompiers vont pouvoir filmer leurs interventions

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les pompiers vont pouvoir être équipés de caméras individuelles. - Jonathan Stutz

Les pompiers sont susceptibles de filmer leurs interventions. Un décret publié vendredi 19 juillet au Journal officiel accorde ce droit aux sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires, aux sapeurs-pompiers de Paris et aux marins-pompiers de Marseille, dans le cadre d’une expérimentation qui doit prendre fin le 5 février 2022.

Le « recours aux caméras individuelles » n’est possible que sur demande présentée par certaines autorités, indique le texte. Par exemple, pour les sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires d’un service d’incendie et de secours, le président du conseil d’administration de ce service fait la démarche auprès du préfet de département.

Les données enregistrées doivent être « transférées sur un support informatique sécurisé » lors du « retour au service » des pompiers. Les images ne peuvent être visionnées en direct.

Un accès à la police judiciaire

Seules certaines personnes limitativement énumérées dans le décret ont accès aux images et aux sons. Il s’agit notamment des officiers et agents de police judiciaire de la police et de la gendarmerie nationales.

La parution du texte est intervenue en application de la loi du 3 août 2018 sur l’harmonisation de l’utilisation des caméras mobiles par les autorités publiques.

L’article 1er de cette loi pose le cadre du test : il permet aux pompiers de procéder à un enregistrement « lorsque se produit ou est susceptible de se produire un incident de nature à mettre en péril leur intégrité physique, eu égard aux circonstances de l’intervention ou au comportement des personnes concernées ». Une formulation de nature à recouvrir de nombreuses situations.

Récurrence des « agressions »

Christophe Castaner a rappelé vendredi dans un communiqué que « 3 fois par jour, les sapeurs-pompiers sont victimes d’agressions partout en France ».

D’après le ministre de l’Intérieur, 10 services d’incendie et de secours et la brigade des sapeurs-pompiers de Paris sont candidats à l’expérimentation.

  • Pour consulter le décret, cliquez ici.

POUR ALLER PLUS LOIN