Le prix de la baguette va-t-il passer le cap symbolique de 1 € ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Baguette, farine, inflation
© Sandrine Marty/Hans Lucas via Reuters Connect

Vous l’avez peut-être constaté dans votre boulangerie. Le coût de fabrication d’un produit phare de la gastronomie française, consommé quotidiennement par des millions de personnes, est de plus en plus cher. D’après des données de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), le prix de la baguette au kilo a crû de six centimes en une année. En métropole, le prix moyen est passé de 3,53 € en septembre 2020 à 3,59 € un an plus tard, a fait savoir le 15 octobre l’Insee, se fondant sur des relevés en magasin. Le montant moyen pour le mois d’octobre ne sera connu qu’en novembre. Certains boulangers ont choisi d’accroître le prix de la baguette ou d’autres types de pains.

L’augmentation découle notamment de la montée des cours du blé tendre, que les fabricants de farine renvoient à leurs clients. « Les meuniers ont presque tous répercuté cette hausse sur le prix de la farine dès la fin de l’été, a expliqué le président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF) Dominique Anract, cité le 24 octobre par Le Parisien/Aujourd’hui en France. Et pour les derniers boulangers qui bénéficient encore de tarifs corrects, les contrats seront revus au maximum à la fin de l’année. »

Mais, selon Dominique Anract, les prix de la baguette ne vont pas bondir au-delà du seuil symbolique de 1 €. « Le prix restera toujours entre 80 centimes et 1 €, ce qui reste correct pour un produit qui subit une dizaine de manipulations manuelles, estimait-il dans un entretien publié le 24 août par Libération. Donc pas de panique. Et il faut savoir qu’il n’y a pas de prix fixe d’une boulangerie à l’autre, le prix de revient est complètement différent, car nous n’avons pas le même loyer, les mêmes achats de farine, les mêmes charges de personnels. »

Liberté des prix

Les boulangers subissent le renchérissement des dépenses d’électricité et de gaz, énergies qui permettent de faire fonctionner les fours, ainsi que de papier, utilisé pour emballer les baguettes. Ces tendances participent du phénomène d’inflation, dont l’apaisement de la crise sanitaire et la forte reprise économique ont marqué le retour. En raison de l’augmentation des prix, qui concerne également les carburants, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé jeudi 21 octobre sur TF1 le versement, entre décembre 2021 et février 2022, d’une « indemnité inflation » de 100 € pour chaque personne percevant moins de 2 000 € net par mois.

Depuis le 1er janvier 1987, les prix du pain sont totalement libres. Cette non-limitation résulte de l’ordonnance du 1er décembre 1986 relative à la liberté des prix et de la concurrence, prise en temps de cohabitation par François Mitterrand à la demande de Jacques Chirac, alors Premier ministre affichant sa foi dans le libéralisme.

A lire aussi