Le Nutri-score incite les industriels à revoir leurs recettes

L’étiquette nutritionnelle Nutri-Score commence à s’imposer dans les rayons et oblige les fabricants à modifier leurs recettes pour obtenir de meilleurs scores.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Hispanolistic

Après le groupe de céréales Kellogg’s le 22 janvier, c’est la filiale française de l’Américain PepsiCo qui a annoncé le 12 février son intention de déployer l’étiquette nutritionnelleNutri-score sur 350 références d’ici fin 2021. Dès avril prochain, elle sera affichée sur les soupes et les gaspachos Alvalle, les chips Lay’s, les biscuits apéritifs Bénénuts et les céréales Quaker. Elle fera par la suite son apparition sur les boissons comme Tropicana, Pepsi ou Lipton.

L’UFC-Que Choisir salue cette décision et en profite pour interpeler d’autres grands groupes agroalimentaires pour qu’ils fassent de même. A commencer par Coca-Cola (qui commercialise également Fanta, Spritz, Minute Maid, Powerade…), Mondelez (qui commercialise entre autres Suchard, Toblerone, Milka, Lu, Prince, Mikado, Tuc, Oreo…) et Mars (qui possède Snikers, M&M’s, Bounty, Twix…). En revanche, le groupe italien Ferrero, qui fabrique, entre autres, le Nutella, s’oppose toujours au Nutri-score.

Un code couleur pour choisir vos aliments

Conçue par Santé Publique France, l’étiquette Nutri-Score permet d’évaluer les qualités nutritionnelles des aliments transformés (excepté les herbes aromatiques) et des boissons (sauf celles alcoolisées) à l’aide d’une échelle de couleurs et de lettres allant de A à E. La signalétique va ainsi de la lettre A, de couleur vert foncé, la plus favorable, à la lettre E en orange foncé, la moins favorable. Le score prend en compte pour 100 grammes de produit la teneur en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits et légumes) et en nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel).

Le Nutri-score encourage les fabricants à améliorer leurs recettes

Si son adoption par les industriels et distributeurs reste facultative, une tendance commence à se dessiner : modifier les recettes pour obtenir de meilleurs résultats. Intermarché a ainsi annoncé en septembre dernier revoir plus de 900 recettes pour afficher un Nutri-Score A, B ou C. Casino s’est également fixé pour objectif de retravailler les recettes de 1 000 produits d’ici fin 2021. De son côté, Kellogg’s, qui va apposer le logo sur ses céréales entre 2020 et 2021, s’est efforcé à retravailler certaines de ses recettes pour ne pas afficher une trop mauvaise note. Le groupe a par exemple réduit de 30 % la quantité de sucre dans ses céréales Coco Pops. Il a également annoncé le lancement d’une nouvelle gamme sans sucre ajouté, ou enrichis en protéines végétales ainsi que des produits bio.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :