Gaz, électricité : la précarité énergétique touche de plus en plus de Français

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Evgen_Prozhyrko

La flambée des prix du gaz et de l’électricité au cours des derniers mois inquiète de plus en plus les ménages français, selon le baromètre* du Médiateur national de l’énergie publié mardi 12 octobre. Interrogés en septembre avant la mise en place du « bouclier tarifaire », 84 % des Français se disent préoccupés par leurs dépenses d’énergie, un pourcentage en hausse de cinq points par rapport à 2020.

Pour 79 % d’entre eux, les factures d’énergie représentent aujourd’hui une part importante de leur budget, soit 8 points de plus qu’il y a un an. Pour ne pas payer de factures trop élevées, 60 % déclarent avoir réduit le chauffage chez eux. C’est sept points de plus qu’en 2020 (53 %) et deux fois plus qu’en 2019 (30 %). Mais ce geste ne suffit pas toujours puisque 25 % des sondés (18 % en 2020) disent avoir rencontré des difficultés pour payer certaines factures de gaz ou d’électricité.

Comme l’an passé, ce sont les 18-34 ans qui sont les plus touchés et la situation s’est même aggravée : 74 % d’entre eux ont restreint leur chauffage pour diminuer la dépense (+8 points) et 46 % ont eu des difficultés à payer leurs factures d’énergie (+14 points).

La précarité énergétique touche 20 % des ménages

En conséquence, le nombre de foyers en situation de précarité énergétique a augmenté. Un sur cinq déclare avoir souffert du froid pendant au moins 24h dans leur logement, soit six points de plus qu’en 2020. Les principales causes à l’origine de cette situation sont une mauvaise isolation du logement (40 % des ménages), des difficultés financières (36 %) et un hiver rigoureux (30 %). Comme l’an dernier, cette précarité énergétique touche davantage les 18-34 ans. Ils sont 30 % à déclarer avoir souffert du froid, soit 10 points de plus que la part observée dans la population totale.

« Alors que la trêve hivernale prendra effet le 1er novembre prochain, on peut craindre une augmentation des coupures pour impayés à la fin de la trêve », commente Olivier Challan Belval, le médiateur national de l’énergie. Pour lui, « il est important que les consommateurs connaissent parfaitement leurs droits et les solutions possibles pour maîtriser le montant de leurs factures d’énergie et éviter d’accumuler des retards de paiement ».

Les idées fausses sur le marché de l’énergie persistent

Or dans ce domaine, les Français peinent encore à s’y retrouver et les idées reçues persistent. Si 90 % des sondés déclarent avoir connaissance de l’ouverture à la concurrence des marchés de l’énergie et 69 % connaissent les démarches pour changer de fournisseur, 30 % sont incapables de citer le nom de leur fournisseur d’électricité et/ou de gaz naturel. De plus, 25 % des sondés pensent que le changement de fournisseur engendre des frais alors que la démarche est gratuite, 18 % qu’ils risquent une coupure et 13 % qu’il faudra changer de compteur. Or, « il n’y a aucun risque de coupure et il n’est pas nécessaire de changer de compteur », rappelle le médiateur.

« Cette connaissance approximative des règles de fonctionnement du marché de l’énergie dans une période où les prix augmentent et où les consommateurs s’interrogent sur les moyens de limiter les impacts de cette hausse sur leurs factures, montre l’importance de mettre à leur disposition des informations neutres et impartiales, transparentes et pédagogiques », juge le médiateur.

*Enquête réalisée par l'institut d'études .becoming du 6 au 21 septembre 2021 auprès d'un échantillon représentatif de 2 016 foyers français interrogés par voie électronique pour la troisième année consécutive.

A lire aussi